Calendrier de l'Avent

Calendrier de l’avent – CastelGiocondo Ripe al Convento 2007

Posted on

Mon calendrier de l’Avent m’offre l’occasion de revenir sur mon année vinicole, tout au long du mois de décembre. Les vins qui m’ont fait vibrer, tout au long de l’année.

Dans la catégorie « Il y a des midis pires que d’autres », il y a cette rencontre avec Signore Lamberto Frescobaldi, maintenant à la tête du domaine familial, dans le cadre d’un dîner au restaurant St-Amour à la découverte des vins de la maison Castelgiocondo. Au coeur de Montalcino, établie depuis 29 générations, on peut dire que la famille Frescobaldi fait partie intégrante du paysage vinicole toscan.

Au menu de la classe de maître, CastelGiocondo 2012 et 2010, la cuvée Riserva Ripe al Convento 2010 et 2007 de même que Lamaione 2012, tous des excellents vins. Au niveau rapport qualité-prix, on peut difficilement passer à côté du CastelGiocondo 2012 (surtout qu’il est présent à la SAQ Dépôt présentement!), mais dans l’absolu, le Ripe al Convento 2007 a volé le show. Un grand vin encore tout jeune après 10 ans, complexe et long en bouche, qui pourra encore montrer son meilleur jour pour de longues années.

Si l’optique de mettre 130$ sur 750ml de jus de raisin fermenté ne vous effraie pas, c’est certainement une bouteille à surveiller.

Calendrier de l'Avent

Calendrier de l’avent – Alpha Box and Dice Dead Winemaker’s Society

Posted on

Mon calendrier de l’Avent m’offre l’occasion de revenir sur mon année vinicole, tout au long du mois de décembre. Les vins qui m’ont fait vibrer, tout au long de l’année.

Je suis récemment retombé sur l’entrevue de que Brad Higgins, maintenant vigneron à McLaren Vale, a donné dans le cadre du podcast I’ll Drink to That! en février 2016. La conversation m’a rappelé les nouveaux vignerons australiens qui cherchent à s’éloigner du stéréotype de bombe de fruits qui leur est typiquement associé. En particulier, j’ai particulièrement apprécié ma rencontre avec Justin Fairweather de chez Alpha Box and Dice, au point d’être un de mes coups de coeur du Salon des Vins de Québec.

J’en retiens la cuvée Dead Winemaker’s Society, élaborée avec du dolcetto, qui dans mon souvenir était un vin très food-friendly et délicieux, une blele expression de ce cépage. La cuvée Tarot, à base de grenache, fera bientôt son apparition sur les tablettes de la SAQ. Gardez l’oeil ouvert pour la nouvelle Australie!

Calendrier de l'Avent

Calendrier de l’avent – Bollinger Champagne

Posted on

Mon calendrier de l’Avent m’offre l’occasion de revenir sur mon année vinicole, tout au long du mois de décembre. Les vins qui m’ont fait vibrer, tout au long de l’année.

Une bouteille que je n’ai pas bu dans mon calendrier de l’avent… Je joue au hockey cosom un soir par semaine avec un petit groupe de trippeux de vin. Le groupe est sympathique, le niveau correct et on sort de là en ayant perdu 10 livres en sueur. Bref, tout va bien. Pour la dernière de la saison, on avait prévu quelques bouteilles de gros format de bulles et un peu de foie gras pour compenser toutes les calories perdues en jouant au hockey…

Or, au début de la partie cette semaine, je me retrouve à la mauvaise place au mauvais moment et reçoit par accident un bâton en plein sur le nez. Rien de cassé, mais évidemment, comme toute blessure au nez, ça saigne abondamment et je vous passe les détails. Retour à la maison hâtif pour soigner cette « blessure au haut du corps »…

Bollinger Spécial Cuvée (Photo: SAQ.com)
Bollinger Spécial Cuvée (Photo: SAQ.com)

Bref, le champagne et le foie gras attendront la fin de la prochaine saison… Mais je vais me souvenir de cette bouteille quand même !

Calendrier de l'Avent

Calendrier de l’avent – Lapierre Morgon 2012

Posted on

Mon calendrier de l’Avent m’offre l’occasion de revenir sur mon année vinicole, tout au long du mois de décembre. Les vins qui m’ont fait vibrer, tout au long de l’année.

Avoir une verticale d’un vin, c’est savoir quand l’occasion est bonne pour en ouvrir une. L’occasion était bonne hier, pour souligner la seule fin de semaine tranquille qu’on a eu depuis bien longtemps (oui oui, on est parents avec des jeunes enfants, on souligne ce qu’on peut).

Au menu, poulet roti, légumes grillés et Morgon de Lapierre. J’ai choisi de déboucher un exemplaire du 2012, version nature obtenue en importation privée chez Rézin. Je n’ai pas osé ouvrir mon dernier 2009, le dernier millésime vinifié par Marcel Lapierre, décédé à la fin des vendanges en 2010. Le repas était en toute simplicité, laissant toute la place au vin, qui n’en demandait pas moins. Encore sur le fruit, mais avec les tanins légèrement arrondis et une complexité supplémentaire apportée par les quelques années de cave – une grande réussite.

Conclusion, ces vins tiendront la route encore un bon bout de temps, il n’y a pas de presse à ouvrir les vôtres, si vous en avez. Sinon, tentez l’expérience et mettez la main sur quelques exemplaires et cachez-les pendant quelques années. Elle vous le rendront bien.

Calendrier de l'Avent

Calendrier de l’avent – Domaine Le Pive Gris Vie de Bohème 2016

Posted on

Mon calendrier de l’Avent m’offre l’occasion de revenir sur mon année vinicole, tout au long du mois de décembre. Les vins qui m’ont fait vibrer, tout au long de l’année.

Ce vin, c’est d’abord une rencontre. Tous ceux qui ont croisé le chemin de Brigitte Jeanjean, que ce soit au salon des vins de Québec ou au Festival des vins de Saguenay, tombent sous le charme. Charme de l’accent du sud, de la facilité à quel point elle entre en contact avec les gens, de ses vins qui font une grosse partie du travail.

J’aurai croisé Brigitte trois fois cette année, et j’ai longtemps hésité à savoir quel vin j’allais inclure dans mon calendrier de l’Avent. Ça aurait pu être AnarSchiste, un St-Chinian plein de vie du Domaine de Landeyran ou le Devois des Agneaux, un modèle de régularité et de bon rapport qualité-prix dans le Languedoc.

J’ai finalement opté pour le Vie de Bohème, un rosé issu du même domaine qu’un des meilleurs vendeurs à la SAQ depuis quelques années, le Domaine le Pive.

Le vignoble planté dans les sables de la Camargue, à un jet de pierre de la Méditerranée. Les vignes sont plantées dans le sable et ont les pieds dans l’eau salée, au point d’avoir à replanter le vignoble complet sur une fréquence d’une vingtaine d’années, le sel marin ayant pour effet d’accroître la mortalité dans les vignes. Cette proximité avec la mer se goûter aussi dans le verre, avec une finale qui, à défaut d’être salée, rappelle clairement la mer.

C’est le genre de rosé à bénéficier d’un peu de cave et qui est à son meilleur à table plutôt qu’en apéro. Il en reste un peu dans le réseau, c’est le moment de mettre la patte dessus en prévision d’une belle soirée d’été (oui, elles reviendront plus tôt que tard!)