6 vins blancs à l’aveugle

Lors d’une dégustation à l’aveugle, devant nous, 6 vins blancs, sans autre indication. À voir le regard complice des deux organisateurs, on se doute qu’il y a un thème qui les lie, mais sans plus.

Photo: Hanzell Vineyards – Flickr

On débute par un mousseux de belle facture, qui, sans chercher à se confondre avec un Champagne, offre une belle fraîcheur et en laisse plein la bouche. Unanimement apprécié, ça jase d’huîtres et d’apéro.

Ensuite, une petite verdeur se pointe dans le deuxième verre. Citron, côté herbacé, acidité bien présente, mes papilles se laissent guider du côté d’un sauvignon blanc de climat frais, loin du côté buis qu’on retrouve chez les néo-zélandais.

Dans le troisième verre, difficile de se tromper: on est en présence d’un riseling tout ce qu’il y a de plus typé. Au nez, des notes de pétrole et de citron et en bouche, on ressent à la fois une acidité vivifiante et une belle ampleur, ce qui laisse croire que le vin pourrait posséder une quantité surprenante de sucre résiduel et tout de même être en équilibre (au final, c’est 7g/L)

Le quatrième et le sixième vin se ressemblent par leur usage du bois pas très bien balancé. Alors que le jupon dépasse un peu dans le premier cas, il prend carrément toute la place dans le dernier vin, surtout lorsque celui-ci se réchauffe un peu. Dommage, mais ça peut arriver…

Entre les deux, un très joli vin, à la bouche ample, sans être marqué par l’élevage. Une belle maturité, qui en met plein la bouche, sans tomber dans l’excès. En trame de fond, on ressent une fraîcheur qui vient donner un éclat à l’ensemble. Une très belle réussite!

Le thème derrière tout ça? Il s’agit de 6 vins provenant de la caisse Coup de Coeur des Vins du Québec! Choisis par un panel de chroniqueurs, de sommeliers et de vigneron lors d’une dégustation à l’aveugle, elle vise à mettre de l’avant ce qui se fait de mieux chez nous, en mode découverte.

Photo: Conseil des Vins du Québec

Jamais dans la soirée a-t’il été question qu’il pourrait s’agir de vins du Québec parce que quelqu’un doutait de la qualité des vins, ce qui aurait malheureusement pu arriver il y a que quelques années.

La viticulture ici est encore toute jeune et progresse à pas de géants depuis quelques années, grâce à une meilleure connaissance technique et scientifique, des cépages mieux adaptés et, ne nous le cachons pas, un climat qui s’en va en se réchauffant.

Curieux de connaître les vins servis? Les voici!

  1. Vignoble L’Orpailleur Brut
  2. Vignoble Rivière du Chêne – Cuvée William 2018
  3. Domaine St-Jacques – Riesling 2017
  4. Vignoble Coteau Rougemont – Pinot Gris 2017
  5. Vignoble Sainte-Pétronille – Réserve du Bout de l’Île 2018
  6. Vignoble L’Orpailleur – Chardonnay 2017

Bref, pas de vins parfaits, mais tous très honnêtes et généralement bien faits. Un peu bluffé sur le thème initialement, la fraîcheur de notre climat finit par s’imposer comme ligne directrice, comme quoi le climat fait foi de tout!

Démarrer l’automne du bon pied

Avec les températures et les feuilles qui chutent, les vins que l’on a tendance à choisir prennent une tendance un peu plus charnue, question de nous garder au chaud. Voici donc une sélection de 4 vins autour de la thématique des vins d’automne, choisis pour le petit club de vin organisé pour les collègues du bureau.

Tardieu-Laurent Lirac 2018

La maison Tardieu-Laurent est un des négociants les plus en vue dans la vallée du Rhône. Depuis une vingtaine d’années, ils vinifient un peu partout sur les rives du Rhône, tant au nord qu’au sud. Cette cuvée de Lirac blanc, un rareté puisque seulement 5% de l’appellation produit du blanc. Ici à base de Clairette et Grenache Blanc avec un soupçon de Roussanne, il allie avec brio richesse et fraîcheur. Pour 23$, il plaira aux amateurs de vins blancs imposants ou ceux qui veulent un bel accord avec une blanquette de veau doucement mijotée.

Tardieu-Laurent Lirac 2018 (Photo:SAQ.com)
Tardieu-Laurent Lirac 2018 – 22.95$ – 14086482 (Photo:SAQ.com)

Frescobaldi Campo ai Sassi Rosso di Montalcino 2017

Provenant du vignoble de Castelgiocondo à Montalcino, le Campo ai Sassi (littéralement, le champ des cailloux) constitue l’entrée de gamme du domaine. Composé entièrement de Sangiovese avec un élevage très modeste, il est le compagnon parfait des plats qui reviennent dans nos menus avec la rentrée: pâtes à base de sauce tomate, mijotés préparés pendant la fin de semaine… Un bon vin qui ne se prend pas pour un autre.

Frescobaldi Campo ai Sassi Rosso di Montalcino 2017 (Photo: SAQ.com)
Frescobaldi Campo ai Sassi Rosso di Montalcino 2017 (Photo: SAQ.com)

Château le Puy “Émilien” Francs Côtes de Bordeaux 2016

Aussi connu comme le seul Bordeaux que j’achète, ou presque. Domaine familial, qui cultive en bio depuis une éternité, qui produit des vins vibrants et particulièrement délicieux. Sur les 100 hectares du domaine, environ la moitié est plantée, le reste est laissé en zone sauvage afin de favoriser l’écosystème. Pas de chimie, ni dans les vignes, ni dans le chai: on est à l’opposé de l’image parfois véhiculée des domaines bordelais.

Principalement à base de Merlot, la cuvée Émilien constitue environ 85% de la production et constitue “l’entrée de gamme” du domaine, mais comme le mentionne Véronique Rivest, la notion d’entrée de gamme chez Le Puy est plutôt théorique.

[…] parce qu’un vrai vigneron fait du vin pour qu’il soit bu et partagé, et non pas pour qu’il devienne un objet de culte ou de spéculation.

Véronique Rivest, La Presse.
Château Le Puy 2016 (Photo: SAQ.com)
Château Le Puy 2016 (Photo: SAQ.com)

Sandeman Vau Vintage 1999

La folie du Porto du début des années 2000 est passée et il s’en vend beaucoup moins qu’à l’époque. Ceci dit, le breuvage est toujours aussi délicieux même s’il est moins populaire.

Le Vau Vintage 1999 de Sandeman n’est pas nécessairement le plus complexe, à mi-chemin entre un LBV et un grand Vintage, mais difficile d’en demander beaucoup plus pour un Vintage avec 20 ans d’âge vendu pour 25$. À ce titre, il s’agit selon moi d’une formidable aubaine qui pourra raviver la curiosité envers ce vin qui est maintenant passé au rang de négligé.

Sandeman Vau Vintage 1999
Sandeman Vau Vintage 1999 (Photo: SAQ.com)

3 vins blancs pour faire voyager

Un bon vin ne vient pas d’un endroit laid. La corrélation n’est pas parfaite – et n’est certainement pas aussi forte dans l’autre sens! – mais plus souvent qu’autrement la vue que l’on a du vignoble d’un vin qu’on aime est plutôt agréable. Voici donc trois vins blancs qui vous donneront le goût de prendre illico un billet d’avion pour aller visiter les régions d’où ils sont issus.

Collioure

Le petit village Collioure se situe à l’intersection entre les Pyrénées et la mer Méditerranée, du côté français de cette chaîne de montagnes aux sommets enneigés, lové autour d’une petite crique aux eaux cristallines. Les vignes, elles se nichent dans les montagnes qui entourent le village, sur des vignobles aux pentes parfois vertigineuses. Bref, un petit coin qui semble tout à fait paradisiaque.

La cuvée Empreintes du Clos Saint-Philippe est principalement composée de grenache blanc, avec une touche de vermentino et de grenache gris, trois cépages qui sont en rotation de plus en plus fréquentes dans mon verre. Ici, la texture riche du grenache est bien équilibrée par le côté marin qu’amène le vermentino.

Etna

Oui, j’en parle pas mal ces temps-ci, conséquence directe de mon voyage sur place le mois dernier. Sur le flanc nord du volcan, là où la majorité des vignobles sont concentrés, les yeux vont de la vallée de l’Alcantara vers les sommets souvent enneigés de l’Etna. Sur le flanc est, la vue sur la mer Méditerranée s’étend jusqu’en Calabre et est particulièrement spectaculaire au petit matin. Sur le flanc sud, les vignes s’étendent jusqu’à la banlieue de Catania (ou plutôt, la banlieue monte jusqu’aux vignes…), mais l’identité de la région, à mi-chemin entre mer et volcan se fait toujours sentir.

Lever de soleil sur le flanc est de l'Etna
Lever de soleil sur le flanc est de l’Etna

Les blancs jouent ici souvent le rôle de négligé sur la scène internationale et il faut rester à l’affût pour en dénicher. On trouve présentement sur les tablettes de la SAQ la cuvée Animalucente, de Contrada Santo Spirito di Passopisciaro, qui servi à l’aveugle aux côtés des deux autres vins commentés ici s’est bien défendu, sans toutefois générer de coup de coeur. On retrouve un peu de tout, pas mal de concentration et de longueur en bouche, un joli équilibre entre les notes d’agrumes et un côté plus minéral, mais il manquait cette petite étincelle qui fait passer le vin de bon à excellent, sans exactement être capable de mettre le doigt dessus. Le prix demandé de 45$ me retient d’en acheter une autre pour laisser reposer en cave et me faire agréablement surprendre dans quelques années…

Mosel

Dans le domaine des vignobles situés sur des pentes vertigineuses, la vallée de la Mosel ne donne pas sa place. Les vignobles situés sur les berges de cette rivière sinueuse de l’ouest de l’Allemagne produit parmi les plus grands vins blancs de la planète, faits à base de riesling.

Avec un nom long comme le bras et difficilement prononçables, les vins allemands intimident souvent. Puisque les Allemands classifient leurs vins en fonction de la maturité de leur raisin (et de manière indirecte, selon le taux de sucre dans le vin), on peut être surpris si on achète à l’aveugle. Cette maturité est contrebalancée par l’acidité du riesling, qui garde le vin en équilibre et pourra le faire vieillir pendant des décennies.

À preuve, le Spätlese de Weingut Staffelter Hof Kröv Steffensber, qui produit du vin depuis l’an 862 (non, il ne manque pas un 1 ici…). Il reste quelques bouteilles sur les tablettes de la SAQ dans le millésime 2005 (!), pour un prix tout à fait raisonnable de 30,75$. Ne vous laissez pas intimider par les 55 g/L de sucre résiduel dans le vin, ce vin a la structure pour le faire passer presque inaperçu et impressionnera par sa formidable longueur en bouche. Avoir un enfant né en 2005, il est rare de trouver des bouteilles de ce millésime près de 15 ans plus tard et celle-ci sera certainement en forme olympienne pour souligner l’anniversaire de vos héritiers pour de longues années à venir.

Etna, entre lave et mer

Avant même de mettre le pied sur à Catania, l’Etna s’impose. La tête dans les nuages, sommet enneigé ou même parfois légèrement fumant, il domine le paysage. Sur la route, difficile de détourner le regard de la montagne, mais il le faut bien puisqu’on est entouré d’Italiens qui conduisent… Direction le petit village de Passopisciaro, sur le flanc nord, autour duquel se concentre la majorité des vignes de cette région qui connaît une renaissance depuis une vingtaine d’années.

L'Etna, en approche vers Catania
L’Etna, en approche vers Catania

La zone de plantation de vignes forme un croissant de lune sur les flancs nord, est et sud de l’Etna, dans une bande située entre 500 et 1000 mètres d’altitude. La majorité d’entre elles se concentrent sur le flanc nord, entre les villes de Randazzo et Linguaglossa. Le flanc nord est l’endroit de prédilection pour les rouges, avec ses fortes variations de température entre le jour et la nuit et son climat plus modéré qui permet une lente maturation du raisin. Sur le flanc est, on retrouve principalement des blancs, là où l’influence de la mer est la plus forte et la météo généralement plus pluvieuse. La maturation des cépages rouges y est même difficile. Au sud, retour d’une dominante de rouge, dans une zone qui a généralement de 2 à 3 semaines d’avance sur le reste du volcan.

Lever de soleil sur le flanc est de l'Etna
Lever de soleil sur le flanc est de l’Etna

De plus, le territoire est divisé en 135 contrade, des sous-zones de l’appellation Etna DOC qui peuvent être mentionnés sur l’étiquette, un peu à l’instar des climats en Bourgogne ou des MGA (Menzioni Geografiche Aggiuntive, des mentions géographiques supplémentaires) dans Barolo et Barbaresco. Il ne s’agit pas d’un gage de qualité, mais plutôt de provenance géographique, puisque les contrade ne sont pas classées hiérarchiquement. La renaissance de l’Etna étant relativement récente, ce classement viendra peut-être dans quelques décennies lorsqu’on aura plus d’historique sur la constance de celles-ci, mais ce n’est pas acquis non plus…. Le concept de Grand Cru et Premier Cru n’est pas ancré dans la culture vinicole italienne et son utilisation de cadre pas très bien avec la manière dont les producteurs voient leur territoire. D’une contrada à l’autre, les sols varient au gré des coulées de lave qui ont façonné l’Etna au gré des millénaires (bien que les frontières de ces contrade ne soient pas du tout calquées sur ces différentes coulées…)

La coulée de lave de 1981, avec Randazzo en arrière-plan
La coulée de lave de 1981, avec Randazzo en arrière-plan

En rouge, le cépage qui compose la presque entièreté des vins est le Nerello Mascalese, un cépage tardif parfois vendangé jusqu’en novembre, selon l’altitude à laquelle il est cultivé. Généralement peu coloré, avec une trame tannique tissée serrée et une acidité importante, on le compare souvent à un mélange de Pinot Noir et de Nebbiolo. Pour obtenir l’appellation Etna DOC, l’assemblage doit contenir au minimum 80% de Nerello Mascalese, mais il n’est pas rare de voir des vins composés entièrement de ce cépage. L’autre cépage rouge classique est le Nerello Cappuccio, peu tannique, beaucoup plus coloré et épicé, qui n’a souvent besoin que de 5% dans un assemblage pour s’exprimer.

Le cépage-roi pour les vins blancs est le Carricante, qui tire ses origines de la commune de Milo, sur le flanc est du volcan. Il y produit des vins qui rappellent la mer qui s’étend au pied du volcan: salins, avec des notes d’agrumes bien de l’avant. En vieillissant, il prend alors des airs de Riesling, avec des notes pétrolées qui viennent s’ajouter. Les autres cépages locaux, généralement utilisés en assemblage sont le Minella, le Cattarato et le Grecanico Dorato.

Vignes de Carricante chez Salvo Foti à Milo
Vignes de Carricante chez Salvo Foti à Milo, face à la mer

On retrouve présentement sur les tablettes de la SAQ des vins des millésimes 2015 et 2016, deux millésimes équilibrés, sans grande surprise pour les vignerons. En 2017, il a fait très chaud et sec, produisant des vins pluis puissants, dont le taux d’alcool est généralement élevé, atteignant sans trop de problèmes 14.5% et même parfois 15%. Heureusement, l’acidité naturelle du Nerello Mascalese permet de conserver l’équilibre. Le millésime 2018 a toutefois donné pas mal de fil à retordre, vu les importantes quantités de pluie tombées en octobre. Loin d’être prêts encore, les vins goûtés lors de Contrade dell’Etna 2019 montrent un profil un peu plus mince. Ils seront à revoir lors de leur arrivée sur les tablettes, mais l’avis général est que 2018 sera une année à boire sur la jeunesse.

Pour boire l’Etna

La sélection de vins de l’Etna au Québec est assez bien étoffée, surtout si on combine ce qui est disponible en succursale et via les importations privées. Puisque les quantités sont généralement assez petites, on retrouve ces vins en arrivages par lot dans les produits de spécialité. Lorsqu’ils arrivent, mieux vaut ne pas tarder, car le vin ne reviendra probablement pas avant le prochain millésime.

Il ne faudrait pas s’étonner des prix des vins, par contre, le travail étant difficilement mécanisable et les rendements des vieilles vignes est plutôt minimal. Toutefois, on se console en se disant que les prix pratiqués à la SAQ sont généralement en ligne avec ce qu’on retrouve dans la région, parfois même un peu moins chers qu’au centre de Randazzo…!

Vieilles vignes chez Fattorie Romeo del Castello
Vieilles vignes chez Fattorie Romeo del Castello

C’est la cuvée a’Rina de Girolamo Russo qui m’a fait tomber en amour avec les vins de l’Etna. Autrefois un pianiste classique, Giuseppe Russo a décidé de reprendre en main le domaine familial dans le courant des années 2000 et d’embouteiller le vin directement au lieu de le vendre en vrac, comme c’est souvent le cas dans la région. Il s’est depuis établi comme une figure importante sur l’Etna. La cuvée a’Rina est produite avec les plus jeunes vignes du domaine, situées sur le flanc nord.

Situé sur flanc sud-est, la maison Benanti, est un acteur important de la renaissance de la région. C’est à la fin des années 1980 que Giuseppe Benanti quitte Catania et s’établit sur l’Etna, lui aussi pour donner une nouvelle vie aux vignes familiales. Fruit d’une longue association avec Salvo Foti (l’oenologue de la fondation du domaine jusqu’en 2001, maintenant à la tête de l’association I Vigneri), les vins de la maison sont toujours élégants, fins et d’une droiture exemplaire. Les rouges vieillissent admirablement bien – comme l’a montré un Serra della Contessa 2004 goûté sur place) et le Pietra Marina est un des meilleurs vins blancs produits en Italie.

C’est en importation privée chez Vini-Vins qu’on retrouvera les vins de Chiara Vigo du domaine Fattorie Romeo del Castello. Son Allegracore est frais, vivant et sans artifices, mais il ne faut pas passer à côté de son Etna Rosato (rosé), une merveille à table et récemment choisi à l’aveugle dans le cadre de VInitaly comme un des 10 meilleurs rosés d’Italie, un accomplissement de taille pour ce petit domaine familial.

5 vins pour 100$ (volume 2)

Pour ce second arrivage de vin pour les collègues, nous avons pu bénéficier d’une promotion à la SAQ qui donnait l’équivalent d’un rabais de 10% sur la commande. Encore une fois, le critère de sélection était le côté délicieux du vin ainsi que sa disponibilité sur SAQ.com en plus de 30 copies L’initiative a fait des nouveaux adeptes après le premier arrivage et la quantité disponible pour la commande est devenue un facteur limitatif…!

Anselmo Mendes Muros Antigos Alvarinho 2017

Le vinho verde a souvent mauvaise réputation, mais il ne faudrait pas que ce vin passe en-dessous de la table à cause de ça…! On est loin des vins pétillants et sans grand intérêt que la région nous offre en trop grand nombre. Ici, Anselmo Mendes, un des maîtres de la région, montre que l’alvarinho peut faire des très beaux vins de ce côté de la frontière avec l’Espagne. L’influence maritime n’est jamais bien loin dans cette région et ce vin ne fait pas exception.

Anselmo Mendes Muros Antigos Alvarinho
Anselmo Mendes Muros Antigos Alvarinho

Château Mourgues de Grès Galets Dorés 2017

Même si Costières-de-Nîmes se situe à l’extrême sud de la vallée du Rhône, c’est la plus fraîche, grâce à l’influence bénéfique de la mer Méditerranée. Ici, grenache blanc, roussane et vermentino s’allient pour créer un vin que je pensais initialement un peu plus “corpulent”. Or, cette fraîcheur de la région garde ce vin équilibré et délicieux. Avec la saison du crabe qui s’amorce, il sera un super bon compagnon à table.

GD Varja Monterustico Piemonte Rosso 2016

Il s’agit un vin que je recommande à l’aveugle, mais le pedigree de la maison GD Varja est suffisant pour passer la commande sans craintes de se tromper. Un assemblage de dolcetto, barbera et nebbiolo venant d’un producteur sérieux comme celui-ci ne peut que donner de bonnes surprises. Ma bouteille sera ouverte bientôt pour pouvoir en racheter rapidement si le vin est à la hauteur de mes attentes!

Monterustico Piemonte Rosso

Occhipinti SP68 2017

Parce qu’on n’a jamais trop de vin d’Arianna en cave. Figure de proue du monde du vin naturel en Italie (et un peu partout au monde, pour être franc), Arianna propose un vin juteux, débordant de fruit et qui viendra sans aucun doute changer votre perception des vins siciliens si vous êtes habitués à des Nero d’Avola du côté un peu plus lourdauds du spectre.

Occhipinti SP68 2017

A.A. Badenhorst The Curator 2017

Parce qu’il faut parfois des petits vins du mercredi soir, pas compliqués qui en donnent beaucoup pour notre argent, le Curator vient combler cette case. Assemblage principalement de cépages rhodaniens (granache, syrah, avec un peu de pinotage et de cinsault), c’est un vin qui ne se prend pas la tête, passera partout et ira bien avec les grillades sur le BBQ, si l’hiver peut finir par finir. Il s’agit d’une belle introduction aux vins d’Adi Badenhorst et vous poursuivrez avec joie vers son Sécateurs, The Drifter, Papegaai et le Family Red.

The Curator 2017