Un vin pour prendre le temps

On a tendance à oublier Barbaresco. Lorsqu’on pense à un vin de nebbiolo, les regards se tournent plus souvent qu’autrement vers Barolo, le grand frère situé tout juste au sud-ouest. C’est toutefois-là qu’on retrouve un de mes producteurs préférés, la coopérative des Produttori del Barbaresco.

Vignobles à Barbaresco
Vignobles à Barbaresco

Les Produttori, c’est une coopérative qui a fait le pari de la qualité au lieu de la quantité. Ce sont 50 familles qui cultivent un peu plus de 100 hectares de vigne dans l’appellation Barbaresco. Au niveau de la gamme de produits, difficile de faire plus simple: il y a un Langhe Nebbiolo avec les jeunes vignes, un Barbaresco standard et, dans les bonnes années, 9 cuvées riserva provenant de vignobles spécifiques. Le tout commercialisé à un prix particulièrement intéressant.

Le millésime 2012 du Barbaresco vient tout juste d’arriver sur les tablettes et comme à chaque année, j’en mets quelques unes de côté, pour les ouvrir quelques années plus tard. Goûté récemment, le 2006 était encore tout jeune et promettait de bien belles choses pour les deux fioles qui dorment encore en cave.

Produttori del Barbaresco (Photo: SAQ.com)
Produttori del Barbaresco (Photo: SAQ.com)

Bien que le nez se fasse un peu discret à l’ouverture, il prend toute l’ampleur désirée après un bref passage en carafe (ou un peu plus longtemps dans le verre). Ce sont des notes de cerises noires et de kirsch qui sont de l’avant, mais le côté floral et délicat n’est jamais loin derrière. En bouche, c’est serré comme on s’attend d’un Barbaresco si jeune, mais les tanins et l’acidité forment un bel équilibre qui le gardera en vie bien longtemps. Si vous l’ouvrez maintenant, dégustez-le lentement avec une personne qui vous est chère et prenez le temps de le voir évoluer dans le verre. Et vous retournerez en succursale pour aller en chercher une autre avant qu’elles ne soient toutes disparues et accordez-lui le temps qu’elle mérite.

Merci à Oenopole pour la bouteille fournie en échantillon.

Clos des fous Pour ma gueule 2014

Clos des Fous Pour ma gueule 2014
Clos des Fous Pour ma gueule 2014

Le Clos des Fous, c’est un projet lancé en 2008 (dont le premier millésime commercialisé est 2010) par 4 amoureux du Chili qui ont décidé de faire à leur tête et de démontrer à la planète que les vins chiliens sont tous sauf ennuyeux, industriels, verts et/ou trop mûrs… C’est autour de cette idée que Pedro Parra, François Massoc, Albert Cussen et Paco Leyton se sont regroupés.

Pour le plus grand plaisir de tous, le domaine est bien représenté sur les tablettes de la SAQ, avec pas moins de 5 cuvées. La dernière en lice est Pour ma gueule, un assemblage de Malbec (40%), Pais, Cinsault et Syrah (20% chacun) dont l’étiquette emprunte la typographie classique du domaine mais qui annonce un vin un peu moins sérieux et plus festif que le reste de la gamme.

Fumé, animal et terreux d’abord, le fruit arrive juste ensuite, sous la form de cerises noires un peu surettes. En bouche, l’acidité est bien présente, les tanins, secs et jolie longueur. Le côté légèrement funky viendra peut-être en déstabiliser quelques uns, mais on peut affirmer sans l’ombre d’un doute qu’on est aux antipodes d’un vin ennuyeux! Pour 20$, c’est un achat avisé qui trouvera parfaitement sa place avec les meilleures grillades de dès cet été et pour les quelques années à venir.

Faire le plein de blancs

Pour la fin de semaine de la fête du Canada, la SAQ offre un rabais de 10% à l’achat de 100$ ou plus. Lorsque ce genre de promotions arrive, on est souvent à court d’idées devant les tablettes remplies de bouteilles et, par habitude, on a tendance à se tourner vers les mêmes vins. Voici donc une petite liste pour faire le plein de vin blanc pour affronter l’été qui s’en vient.

10% sur 100%
10% sur 100% – 30 juin au 2 juillet

La Biancara Masieri Bianco 2014

La Biancara Masieri Bianco 2014
La Biancara Masieri Bianco 2014

Pionnier du vin nature en Italie, le vin blanc d’entrée de gamme d’Angiolino Maule faisait partie de l’arrivage de vin nature du printemps 2016 de la SAQ, il en reste quelques bouteilles sur les tablettes. Établi dans la région du Veneto, non loin de Soave, depuis la fin des années 80, ce petit domaine de 9 hectares cultive sans produits chimiques et est définitivement non-interventionniste une fois les raisins entrés au chai. Dans le verre, on a un fruité très pur et délicat, presque cristallin. Servez-le avec un plat de fruits de mer qui permettra d’en faire ressortir un côté salin qu’on ne soupçonne pas initialement!

Cuvée Marie Jurançon 2013

Un classique année après année, la Cuvée Marie de Charles Hours est un des vins du sud-ouest de la France que je préfère. Mon expérience passée avec ce vin montre qu’en jeunesse est très exubérant et qu’il se referme à double-tour au cours de l’année suivante. Mais c’est après quelques années oubliées dans le fond de la cave que ces bouteilles se révèlent sous leur meilleur jour, avec un côté mielleux et légèrement oxydatif que le vieillissement amène. Achetez-en trois bouteilles: une pour boire tout de suite et deux pour la cave!

Ollivier Père et Fils Clisson Muscadet 2011

On voit ici que le Muscadet peut être un vin sérieux aussi, avec une ampleur qui est due à l’élevage sur lies pendant 24 mois. C’est salin, vif sur les agrumes et on se surprend à le boire tranquillement pour en apprécier toutes les nuances. Clisson est une des nouvelles sous-appellations de Muscadet-Sèvre-et-Marne, regroupant des sols granitiques qui favoriseront la longévité de ce vin.

À table, dénichez des huîtres Trésor du Large des Îles-de-la-Madeleine et sortez cette bouteille de Clisson. La brise du large viendra vous frapper de plein fouet, pour votre plus grand plaisir.

Bachelder Mineralité 2012

Bachelder Chardonnay Minéralité 2012
Bachelder Chardonnay Minéralité 2012

J’en ai parlé précédemment, mais les vins de Thomas Bachelder sont à ne pas manquer. Pour savoir ce que donne le chardonnay dans un climat frais et savoir à quel point le chardonnay goûte autre chose que le bois lorsqu’il est dosé avec soin, mettez la main sur ce nouvel arrivage du Minéralité 2012, en succursale depuis la fin avril, cette fois-ci avec un peu plus d’évolution en bouteille!

 

Fritsch Grüner Veltliner 2015

Le vin d’été par excellence, le Grüner Veltliner est un cépage autrichien à découvrir si ce n’est pas déjà fait. Pas très aromatique, principalement sur les notes d’agrumes, c’est sa vivacité et sa capacité à disparaître lors des journées chaudes qui retiendront initialement votre attention. Toutefois, prenez garde, les meilleurs exemples crées une accoutumance assez forte et avant de le savoir, vous serez en train de racheter d’autre grüner tellement c’est bon. Si vous n’avez pas peur de ça, le Fritsch est là pour vous.

3 produits québécois à mettre dans son verre

C’est la St-Jean-Baptiste, le temps de célébrer tout ce qui est québécois. On va sur les Plaines, on s’amuse et on profite de la journée la plus longue de l’année. Il n’y a pas de raison que ce qu’on mette dans notre verre ne soit pas québécois non plus! Voici donc quelques jolies suggestions qui vous permettront de prendre avantage du rabais de 10% offert par la SAQ cette fin de semaine jusqu’au 26 juin!

Vignoble de Sainte-Pétronille – Voile de la Mariée

Situé tout juste à l’extérieur de Québec, le Vignoble de Sainte-Pétronille est un endroit particulièrement agréable. Au milieu des vignes avec le fleuve St-Laurent et la chute Montmorency en arrière-plan, avec une guédille au homard du Panache mobille, difficile de faire mieux.

Vignoble de Sainte-Pétronille
Vignoble de Sainte-Pétronille au printemps 2016

Pour ramener une partie de ce vignoble dans son verre (à défaut de pouvoir se rendre sur place!), mettez la main sur le Voile de la Mariée, un vin blanc frais et vigoureux fait de Vandal-Cliche, Vidal et l’Acadie. Son attaque franche, ses notes d’agrumes et son prix doux feront des merveilles pour contrer la chaleur de l’été qui arrive. À servir à tous ceux qui doutent du potentiel du vignoble québécois.

Distillerie St-Laurent Gin

Gin St-Laurent (Photo: SAQ.com)
Gin St-Laurent (Photo: SAQ.com)

Ici, c’est le fleuve sous forme de gin. On sent l’air du large, là où on ne voit pas l’autre côté du fleuve. S’il y a un un alcool qui raconte clairement dans le verre d’où il vient, c’est bien ce gin.

Ne commettez pas l’hérésie de l’utiliser dans un drink. Il est l’exemple parfait que le gin est plus qu’un spiritueux anonyme et a évolué beaucoup depuis le de Kuyper et le Beefeater. Le St-Laurent fait partie de cette vague de gins qui redorent les lettres de noblesse de ce spiritueux.

L’arrivée de ce gin sur les tablettes de la SAQ avait causé un assez gros buzz au début de l’année, mais de nouveaux arrivages ont depuis fait leur apparition et il est plus facile d’en trouver, il y en a même sur SAQ.com.

Vignoble du Marathonien Vendanges Tardives 2014

Jean Joly, Vignoble du Marathonien
Jean Joly, Vignoble du Marathonien

Du côté d’Havelock, où les téléphones cellulaires sautent entre les réseaux canadiens et américains, Jean Joly est à la tête du Vignoble du Marathonien depuis sa fondation en 1994. Bien qu’il soit réputé et reconnu pour sa production de vin de glace, je préfère vous recommander leur vendange tardive, bien que ce soit deux produits tout à fait exceptionnels. Il utilise le vidal dans les deux cuvées, un hybride français qui donne de très beaux résultats lorsqu’il est récolté en surmaturité et transformé en vin sucré. Le second possède toutefois une acidité un peu plus importante qui permet de faire un bon contrepoint à tout ce sucre. De plus, il est presque deux fois moins cher, ce qui est en soi plutôt intéressant aussi!

Quoiqu’il en soit, il n’y a pas de bonne raison pour ne pas avoir de vin du Québec à votre disposition et ce, pas simplement pour ouvrir lors de la fête nationale! Bonne St-Jean à tous!

Domaine Ligas Bucéphale 2007

Lorsqu’on sort au restaurant en groupe, c’est souvent à moi que revient la tâche de choisir le vin. Or, dans cette situation, j’essaie de trouver un vin qui va à la fois à la fois bien accompagner la nourriture que le groupe va commander, être un bon rapport qualité prix et, accessoirement, sortir un peu les gens de leur zone de confort.

C’est ainsi qu’au restaurant le Hobbit avec des collègues du bureau mon choix s’est orienté vers le Bucéphale 2007, de Ktima Ligas. Beaucoup de jolies choses sur leur carte des vins, mais un vin grec avec un peu d’âge vendu à prix correct comblait tout à fait mes attentes!

Bucéphale Xinomavro
Bucéphale Xinomavro

Thomas Ligas, formé en France, s’inscrit dans la mouvance minimaliste, n’effectuant que très peu d’interventions au champ et dans le chai. Les raisins sont vendangés manuellement, fermentés avec les levures naturelles puis vieilli en barriques et gardé en bouteilles au domaine avant la vente.

Dans le verre, toutefois, légère déception. Le vin montre clairement son évolution par son aspect tuilé dans le verre. Au nez, les notes de raisin sec et de prunes dominent et la bouche n’est pas particulièrement en équilibrée, avec une acidité marquée et une finale un peu courte. On a l’impression que le meilleur de ce vin est derrière lui, qu’il aurait été bien joli en jeunesse.

Selon ce que je peux trouver, le millésime 2007 semble être le millésime courant (!), mais si j’étais à la place du restaurant, je m’arrangerais pour vendre les bouteilles présentement en stock assez rapidement car je ne pense pas que ce vin va tenir la route encore bien longtemps… Dommage, lorsqu’on sait que le xinomavro peut donner de très beaux vins qui peuvent tenir la route pendant longtemps.