Regarnir la cave

Après le temps des Fêtes et les multiples réunions de familles et d’amis, l’amateur de vin se retrouvera souvent devant une cave significativement plus vide qu’au début décembre. Faudra penser à la regarnir, tant qu’à y être, le faire de manière intelligente…

Surtout, ne pas paniquer à la vue des emplacements vides dans les racks. On ne remplace pas de la même manière des vins qui ont été éclusés sans vergogne par votre beauf préféré que les grands crus sortis pour de la visite particulièrement spéciale. À moins d’avoir profité de la période des Fêtes pour liquider certaines quilles dont le style était tombé en défaveur, on cherchera autant que possible à remplacer dans la même catégorie.

Reserva del fin del Mundo - Photo: SAQ.com

Reserva del fin del Mundo – Photo: SAQ.com

Amateurs du Nouveau Monde (ou les autres qui cherchent à le découvrir), c’est au sud de l’Argentine, en Patagonie, que ça se passe. À 800 km au sud de Mendoza se trouve l’origine de la Reserva del Fin del Mundo, la preuve embouteillée qu’on peut faire du bon malbec sans nécessairement chercher à mettre plus de tout sous le bouchon. Oui, c’est intense et mûr, mais il conserve avant tout une fraîcheur certaine qui garde le tout en équilibre. Servez le avec une belle pièce de viande, il vous en redonnera beaucoup. Sous la barre de 20$, il vous permettra aussi de payer le compte de carte de crédit de janvier.

Pour la (longue) garde, j’ai un faible pour le nebbiolo. On pense immédiatement et avec raison à Barolo et Barbaresco, mais je vous invite à aller chercher un peu plus au nord, dans l’appellation Gattinara. Autrefois preque aussi plantée que ses deux cousines plus au sud, la région a vu son vignoble passer de 40000 hectares à 1500 aujourd’hui, conséquence du phylloxéra et de l’exode vers Milan et Novara. La maison Antoniolo est un leader de l’appellation, misant sur la qualité de ses crus allant jusqu’à les embouteiller séparément depuis plus de 30 ans. Sur les tablettes de la SAQ, cherchez le Gattinara de base, passez le en carafe pendant quelques heures et, si vous aimez, laissez-vous tenter par le San Francesco ou le Osso San Grato, nommé meilleur vin rouge d’Italie par le prestigieux Gambero Rosso en 2006…

Vieilles vignes de Nerello Mascalese sur l'Etna

Vieilles vignes de Nerello Mascalese sur l’Etna

Finalement, pour sortir des sentiers battus, rendez-vous sur les flancs de l’Etna, où pousse des principalement des plants de Nerello Mascalese et de Nerello Cappuccio. Cultivés en altitude (entre 600 et 1000 mètres), ils donnent des vins d’une couleur pâle qui combleront l’amateur de pinot noir. Le plus haut volcan d’Europe a aussi laissé plusieurs coulées de lave au cours des siècles, façonnant ainsi une osaïque géologique particulièrement complexe. La SAQ Signature commercialise depuis cette semaine 5 cuvées Contrada d’Andrea Franchetti, dont on dit le plus grand bien. Dans le registre plus abordable, le Masseria Setteporte 2010 est un achat judicieux pour s’initier à ces vins.

Comme quoi c’est facile de vider et que si on est curieux un peu, c’est aussi très facile de remplir la cave!

Merci à LBV International pour l’échantillon de Reserva del Fin del Mundo.

Fifty Shades of Grey: Opération Charme

L’opération de marketing pour souligner la sortie du film en est une d’envergure. Parmi la myriade d’efforts de marketing, tous plus créatifs les uns que les autres, la SAQ met en vente à partir d’hier (sur SAQ.com, le 22 janvier en tablettes) le vin rouge Fifty Shades of Grey Red Satin. J’ai eu la chance de mettre la main sur une bouteille en primeur. Un vin-événement qui débarque en 48 000 exemplaires sur les tablettes de notre monopole d’état.

Fifty Shades of Grey - le vin

Fifty Shades of Grey – le vin

Un nom un peu cucul (Red Satin, come on!), une bouteille bien lourde pour des points bonus de virilité et une contre-étiquette qui annonce un vin intense et foncé qui offre de puissantes saveurs fraîches et décadentes de baies voluptueuses, agrémentées d’une touche boisée. Pas de nudité sur l’étiquette? Même pas d’allusion sur sur la contre-étiquette? Certains seront déçus!

Étonnamment, malgré un a priori fortement défavorable, je dois conclure que le vin est somme toutes correct. Un nez de fruits rouges intenses, qui ne fait pas dans la subtilité. Le boisé ne laisse pas sa place, tant au nez qu’en bouche. La grosse surprise vient en bouche, ce n’est pas bourré de sucre comme on aurait pu s’y attendre (que 6 g/l), et elle conserve quand même un bonne fraîcheur. Assemblage de Petite Sirah et de Zinfandel, il annonce que 13.5% d’alcool, ce qui est étonnamment raisonnable. C’est mur en bouche, généreux, mais ne dépasse pas la fine ligne qui le ferait basculer du côté obscur. Ceci dit, on n’y retrouve rien d’extraordinaire non plus qui nous incite à prendre une autre gorgée ou de s’en verser un autre verre.

À table, on cherchera à maximiser son potentiel en le servant avec une viande assez saignante et un accompagnement généreux en épices. Pensez canard, cumin, paprika fumé, piment d’espelette.

Au final, ce n’est pas mauvais. C’est tout simplement… générique…!

Si vous voulez amener un vin qui fera jaser dans votre prochain party de filles, il s’acquittera bien de cette tâche-là, certainement mieux que tous les Ménage à Trois de la terre (réunis). Si vous cherchez un vin qui vous en donnera pour le 20$ qu’il en coûte, cherchez un peu plus loin sur les tablettes de la SAQ, il y a plein de meilleures options.

Les 4000 caisses que la SAQ a commandé se vendront certainement très bien, mais si vous lisez ce blog, vous n’êtes certainement pas le public cible car vous vous intéressez déjà trop au vin pour ça.

3 moments magiques de 2014

Déjà les journées les plus courtes de l’année et la neige qui est de retour… Un peu comme tout le monde, j’ai l’impression que pas plus tard qu’hier, je sirotais un verre sur la terrasse en shorts et en sandales.

Une semaine au pays du Porto

En octobre, j’ai eu la chance de participer avec 4 autres blogueurs à la tournée #Douro14, une semaine à Porto et dans la vallée du Douro, dans le but de découvrir les traditions culinaires et viticoles de ce bout de pays classé sur la liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO.

Non seulement on a pu faire la connaissance de vignerons passionnés et de blogueurs sympathiques, mais partout où nous sommes passés, nous avons été reçus comme des rois. La dégustation de vieux Tawnys chez Sogevinus restera très longtemps gravée dans ma mémoire, avec des bouteilles des années 1930. Aussi, le charme et la convivialité d’Ana Rosas chez Ramos Pinto qui nous a reçu autour de la table du salon à la Quinta de Bom Retiro, pour jaser assemblages de Porto en dégustant les composantes de ce qui deviendra éventuellement les cuvées 2014 du domaine.

Dégustation chez Sogevinus - Ryan Opaz

Dégustation chez Sogevinus – Ryan Opaz

Les carnets de note sont encore pleins, mais cette semaine m’a surtout donné le goût de redécouvrir le Porto, qui n’était définitivement pas apprécié à sa juste valeur à la maison.

Une petite virée en Bourgogne

En mai dernier, je suis allé à Grenoble pour y travailler une semaine. Tranquille au niveau vinicole (j’y allais pour travailler, quand même!), mais j’ai toutefois pu prendre la fin de semaine pour étendre mon séjour et visiter des vignobles. En regardant la carte, la conclusion se tirait d’elle-même. On ne peut pas être à 2 heures de route de la Bourgogne sans aller faire un tour…

Armé de quelques rendez-vous organisés depuis le Québec et une liste de parcelles auxquelles je ne devais pas manquer, ces deux jours m’ont surtout donné le goût d’y retourner, avec cette fois, l’intention d’en faire la destination principale du voyage et d’y passer plus que deux jours…!

Village de Pommard

Village de Pommard

Fêter en grand

Vincent, de Un Chef à Québec

Vincent, de Un Chef à Québec

Organiser un souper pour souligner un soixantième anniversaire, ce n’est pas tous les jours qu’on peut faire ça. En collaboration avec Guillaume Barry de Un Chef à Québec et avec quelques coups de main virtuels, ce fut une soirée mémorable.

Gougères et magnum de champagne Bruno Paillard, magret de canard laqué au miel au poivre rose et romarin avec un Riesling 2006 de Valentin Zusslin ainsi qu’un vin de l’année de naissance de chacun des enfants présents (Château Fonbadet 1986 de chez Champlain Charest et Quinta da Covela Porto Vintage 1983) pour s’assurer de mettre un terme de belle manière aux festivités.

Les vins étaient tous bons. Les accords étaient bien réussis (particulièrement le riesling!). Mais cette soirée a surtout été le meilleur exemple que le vin est tellement meilleur lorsqu’il est partagé avec ceux qu’on aime.

Je vous souhaite beaucoup de ça avec 2015 qui s’amorce.

Six lectures pour Noël

Pour rendre l’amateur de vin heureux à Noël, deux manières bien simples. La première est de lui offrir du vin, de ne pas se sentir intimidé et d’offrir une bouteille choisie avec soin. La seconde est de le faire rêver avec un peu de lecture: voici quelques suggestions pour s’y retrouver.

Des guides

Le Guide du Vin 2015

Le Guide du Vin 2015

Tradition annuelle du temps des fêtes au Québec, on reçoit en librairie une nouvelle cuvée des suggestions annuelles des différents chroniqueurs en vin au Québec. En voici deux qui ont retenu mon attention.

Véritable institution, Le Guide du Vin Phaneuf 2015 est maintenant bien mené admirablement bien par Nadia Fournier. Les habitués du maître Phaneuf retrouveront la rigueur habituelle et la clarté des notes de dégustation. Pour sa 34e édition, l’emphase est mise sur un vin remarquable (les fameuses Grappes d’Or) puis sur 6 autres vins qui offrent de bonnes alternatives. Exit la section Autres vins de qualité correcte, qui n’apportait pas grand chose au lecteur…

Cette année, le populaire Philippe Lapeyrie délaisse depuis l’année dernière le format agenda pour se tourner vers un guide plus classique, au plus grand bonheur des lecteurs. Les vins y sont commentés en profondeur en faisant une place de choix aux vins qui permettront de bien boire sans casser la tirelire des enfants. Un style facile à lire, sans jargon, franc et qu’on aime comme l’est le gars dans la vraie vie. Une mise à jour qui vaut la peine par rapport aux éditions précédentes!

Des références

Si vous voulez plaire un fan de géographie comme moi, c’est impossible de se tromper avec L’Atlas Mondial du Vin, de Jancis Robinson et Hugh Johnson. Les cartes permettent de comprendre le contexte régional duquel est issu le vin dans votre verre. Pour les plus branchés, les cartes sont disponibles en version numérique pour les membres du site Purple Pages de Jancis Robinson. Les cartes de la Bourgogne valent à elles-seules l’achat du livre.

Dans le domaine référence, on fait difficilement plus complet que Wine Grapes, un guide complet des 1368 différents cépages commercialement vinifiés dans le monde. Vous ne lirez pas cette brique de 1300 pages d’un couvert à l’autre, mais c’est le premier livre dans lequel vous irez regarder pour obtenir un peu plus d’information sur ce cépage grec obscur que vous trouvez planté sur 3 hectares à la grandeur de la planète. Profils génétiques, informations organoleptiques et statut de ce cépage dans le monde vous donneront toute l’information nécessaire et même beaucoup plus.

Des histoires

Kermit Lynch est un monument dans le monde du vin aux États-Unis. Sa petite boutique de Berkeley lui a servi de tremplin pour aller découvrir les vignobles français dans les années 1980. Mes aventures sur la route du vin relate sa découverte des terroirs et des gens qui les façonnent. C’est aussi son cheminement et la découverte de ce qui le fait vraiment vibrer dans le monde du vin. Lisez-le en anglais si vous le pouvez pour savourer son langage coloré le filtre de la traduction et faites connaissance avec le personnage dans une entrevue qu’il a donné au coloré Gary Vaynerchuk il y a quelques années.

Finalement, il ne faut pas oublier les gens derrière le vin que l’on boit. Dans Summer in a Glass, Evan Dawson nous offre de partir à la rencontre de sa région de prédilection, les Finger Lakes, avec la rencontre d’une douzaine de vignerons. On apprend plus sur eux, sur leurs vins et on a vite envie d’aller à leur rencontre. Ça tombe bien, cette région n’est pas si loin du Québec et est particulièrement agréable à visiter. Laissez-vous porter!

Jouer à l’été

Photo: saq.com

Photo: saq.com

Novembre et début décembre. Il fait froid. Il fait noir. Parfois, on a envie que ça soit l’été.

Pour que ça le soit dans notre verre, l’idéal est de commencer avec la soirée avec un Port-Tonic, l’antidote parfait à ce temps un peu plate.

C’est tout simple. On prend une dose de porto blanc (j’ai pris le Ferreira, disponible à peu près partout et la seule grande maison de Porto qui a toujours été propriété portugaise) à laquelle on ajoute 2 doses d’eau tonique. Points bonus si on prend un tonic artisanal comme le 3/4 oz. tonic maison, un super produit québécois.

Le reste est de laisser aller sa fantaisie. J’aime bien avec un peu de lime et de menthe,  ça rajoute l’acidité parfois manquante dans le porto blanc et un bon coup de soleil.

Pour faire contraste, on sirote le tout devant un feu de foyer en pensant à l’été et aux vacances qui s’en viennent. La saison à laquelle on fera ce drink en quantités industrielles pour tous les amis.