Cellier

Adieu, M. Fou

Sa dernière publication sur Instagram la semaine dernière, une bouteille de grenache espagnole avec ce sous-titre qui, aujourd’hui, paraît si ironique: Coming back to life.

Le monde du vin au Québec est tissé assez serré et tout le monde connaissait David, qui bloguait sous la plume vive du Sommelier Fou. Une voix unique, qui savait allier à la fois humour caustique, savait manipuler les codes du web à merveille, à la fois sur son blogue et sur les réseaux sociaux.

Mais c’était avant tout un sacré bon gars, que je ne voyais pas assez souvent à mon goût, puisqu’on étais situés à des extrémités opposées de la 20. À chaque fois par contre, c’était toujours comme une rencontre entre deux bons amis qui ne se sont pas vus depuis un peu trop longtemps.

Le sort a fait qu’il se lançait à pied joints dans le monde du vin, avec en poche un contrat d’édition pour un guide du vin qui ne verra finalement jamais le jour. Il allait ainsi pouvoir vivre sa passion pour les mots (d’abord) et pour le vin à temps plein et c’est avec les yeux plein d’étoiles qu’il m’avait parlé de l’avenir.

David Pelletier, aka. Le Sommelier Fou.
David Pelletier, aka. Le Sommelier Fou.

David, #innocent en chef, dégustateur aguerri, morceau important du web vinicole et homme de bon goût, pourfendeur de goût (et de pensée) unique, ton absence sera remarquée et ton départ précipité nous laisse tous sous le choc. Ouvre une couple de belles fioles là où tu es maintenant, c’est ce qu’on fait tous ici à ta mémoire.

Vous avez quelque chose à ajouter?