Calendrier de l’avent – Vignoble Camy Chardonnay Réserve 2016

Mon calendrier de l’Avent m’offre l’occasion de revenir sur mon année vinicole, tout au long du mois de décembre. Les vins qui m’ont fait vibrer, tout au long de l’année.

Cette bouteille, c’est un reflet que l’industrie vinicole québécoise est en pleine ébullition qui commence à prendre son essor en 2017.

Dans un premier temps, le vin en lui même est délicieux. Le boisé peut être légèrement trop en avant au goût de certains, mais il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’un chardonnay de climat frais, qui ne renie en aucun moment ses origines. J’en rachèterai l’année prochaine, c’et certain!

Aussi, il symbolise pour moi cette année une conséquence directe de la possibilité de vendre les vins québécois en épicerie. Même si je reste dubitatif envers le potentiel des vins dans les épiceries, ce règlement a aussi perms à certains détaillants indépendants de se monter une jolie sélection de vins québécois. C’est le cas de la William J. Walter dans St-Roch, où on peut retrouver les produits du domaine du Nival (si on arrive dans le bon 24 heures…!), des Pervenches, de la ferme apicole Desrochers et où j’ai pris cette jolie bouteille de chardonnay.

Calendrier de l’avent – Costers del Priorat Pissares Blanc 2016

Mon calendrier de l’Avent m’offre l’occasion de revenir sur mon année vinicole, tout au long du mois de décembre. Les vins qui m’ont fait vibrer, tout au long de l’année.

Dans les grands plaisirs de la vie, il y a de déguster un vin dans le vignoble d’où il est issu, idéalement avec la personne qui l’a fait. C’est à ce moment qu’on peut faire le lien entre tous les éléments du terroir et ce qu’on retrouve dans le verre.

Cette année, c’était avec le très sympathique José Mas Barbera de Costers del Priorat, au sommet du vignoble de Mas Alzina (exactement ici: https://www.google.ca/maps/@41.2141244,0.8079537,330a,35y,222.38h,57.43t/data=!3m1!1e3?hl=en).

En plus d’avoir eu un beau coup de coeur pour les vins blancs de cette région, j’étais sur place au sein des vieilles vignes du domaine, avec devant moi la Serra de Monsant, en se tournant vers la gauche, une vue panoramique vers Gratallops avec le vignoble de l’Ermita à l’avant-plan. Les pieds dans les cailloux de schiste, à ce moment-là, la vie était pas trop mal.

Bonne nouvelle, le Pissares de Costers del Priorat – en rouge, toutefois – fera son arrivée sur les tablettes de la SAQ au début de l’année prochaine. Est-ce qu’il sera aussi bon que lorsque j’y ai goûté sur place? Ça serait difficile à battre.

Calendrier de l’avent – CastelGiocondo Ripe al Convento 2007

Mon calendrier de l’Avent m’offre l’occasion de revenir sur mon année vinicole, tout au long du mois de décembre. Les vins qui m’ont fait vibrer, tout au long de l’année.

Dans la catégorie “Il y a des midis pires que d’autres”, il y a cette rencontre avec Signore Lamberto Frescobaldi, maintenant à la tête du domaine familial, dans le cadre d’un dîner au restaurant St-Amour à la découverte des vins de la maison Castelgiocondo. Au coeur de Montalcino, établie depuis 29 générations, on peut dire que la famille Frescobaldi fait partie intégrante du paysage vinicole toscan.

Au menu de la classe de maître, CastelGiocondo 2012 et 2010, la cuvée Riserva Ripe al Convento 2010 et 2007 de même que Lamaione 2012, tous des excellents vins. Au niveau rapport qualité-prix, on peut difficilement passer à côté du CastelGiocondo 2012 (surtout qu’il est présent à la SAQ Dépôt présentement!), mais dans l’absolu, le Ripe al Convento 2007 a volé le show. Un grand vin encore tout jeune après 10 ans, complexe et long en bouche, qui pourra encore montrer son meilleur jour pour de longues années.

Si l’optique de mettre 130$ sur 750ml de jus de raisin fermenté ne vous effraie pas, c’est certainement une bouteille à surveiller.

Calendrier de l’avent – Alpha Box and Dice Dead Winemaker’s Society

Mon calendrier de l’Avent m’offre l’occasion de revenir sur mon année vinicole, tout au long du mois de décembre. Les vins qui m’ont fait vibrer, tout au long de l’année.

Je suis récemment retombé sur l’entrevue de que Brad Higgins, maintenant vigneron à McLaren Vale, a donné dans le cadre du podcast I’ll Drink to That! en février 2016. La conversation m’a rappelé les nouveaux vignerons australiens qui cherchent à s’éloigner du stéréotype de bombe de fruits qui leur est typiquement associé. En particulier, j’ai particulièrement apprécié ma rencontre avec Justin Fairweather de chez Alpha Box and Dice, au point d’être un de mes coups de coeur du Salon des Vins de Québec.

J’en retiens la cuvée Dead Winemaker’s Society, élaborée avec du dolcetto, qui dans mon souvenir était un vin très food-friendly et délicieux, une blele expression de ce cépage. La cuvée Tarot, à base de grenache, fera bientôt son apparition sur les tablettes de la SAQ. Gardez l’oeil ouvert pour la nouvelle Australie!

Calendrier de l’avent – Bollinger Champagne

Mon calendrier de l’Avent m’offre l’occasion de revenir sur mon année vinicole, tout au long du mois de décembre. Les vins qui m’ont fait vibrer, tout au long de l’année.

Une bouteille que je n’ai pas bu dans mon calendrier de l’avent… Je joue au hockey cosom un soir par semaine avec un petit groupe de trippeux de vin. Le groupe est sympathique, le niveau correct et on sort de là en ayant perdu 10 livres en sueur. Bref, tout va bien. Pour la dernière de la saison, on avait prévu quelques bouteilles de gros format de bulles et un peu de foie gras pour compenser toutes les calories perdues en jouant au hockey…

Or, au début de la partie cette semaine, je me retrouve à la mauvaise place au mauvais moment et reçoit par accident un bâton en plein sur le nez. Rien de cassé, mais évidemment, comme toute blessure au nez, ça saigne abondamment et je vous passe les détails. Retour à la maison hâtif pour soigner cette “blessure au haut du corps”…

Bollinger Spécial Cuvée (Photo: SAQ.com)
Bollinger Spécial Cuvée (Photo: SAQ.com)

Bref, le champagne et le foie gras attendront la fin de la prochaine saison… Mais je vais me souvenir de cette bouteille quand même !