Compte-rendusImportations privées

Partager des souvenirs

Il n’y a rien comme partager une bonne bouteille entre amis. De plus, lorsque la dite bouteille possède une histoire hors du commun, c’est d’autant plus plaisant. Prenez quelques minutes pour lire l’histoire surprenante de mes deux bouteilles de Crozes-Hermitage 2001 de Paul Jaboulet Aîné.

En voyage au Melia Caribe Tropical à Punta Cana, la dernière chose qu’on pense ramener comme souvenir est une bouteille de vin… Le vin qui était servi lors des repas était scandaleusement mauvais et on s’était résigné à boire de la bière « El Presidente » pendant la durée de notre séjour. Toutefois, le personnel de Vacances Transat nous mentionne que, dans le centre d’achats voisin du complexe, il y avait une boutique de vin et que le Melia ne chargeait pas de droit de bouchon dans ses restaurants.

Melia Caribe Tropical

Direction La Enoteca, donc, sans grand espoir. Rendu sur place toutefois, la surprise a été plutôt agréable. La sélection était surtout composée de vins chiliens, argentins et espagnols et les prix, légèrement plus élevés que ceux pratiqués à la SAQ. Toutefois, certains vins étaient soldés à 30% et 50%, ce qui a permis d’avoir des jolies fioles (un Rioja 2004 de Finca Allende pour une vingtaine de dollars et un pinot noir Greenpoint 2006 pour  moins de 20$).

Jaboulet Crozes Hermitage 2001
Jaboulet Crozes Hermitage 2001

Derrière la caisse, un panneau indiquant « Ask about our wine club. 30% on Grand Cru Classé wines. 50% on Paul Jaboulet wines. » Ayant remarqué une jolie sélection de Jaboulet avec un peu d’âge (La Chapelle rouge! La Chapelle blanc! Cornas!), je suis curieux mais on me pointe sans trop de cérémonie que je dois être membre du club. Un Crozes-Hermitage 2001 m’était toutefois tombé dans l’oeil, mais je voulais faire quelques recherches pour voir si le prix, environ 40$, avait du sens.

Après m’être convaincu que le prix était correct, je retourne en chercher une bouteille et, en arrivant à la caisse, une sympathique caissière me mentionne: « Do you know that this one is at 50%? » Pas de mention du wine club alors je lui réponds « At this price, I’ll take two! », malgré un peu d’appréhension au niveau des conditions de conservation…

Au retour, profitant d’un souper entre amis, je relève une bouteille, question de décanter l’important dépôt présent dans la bouteille. À l’ouverture, on pousse un soupir de soulagement: le vin ne semble pas avoir souffert du transfert dans le port de Santo Domingo… Le nez est clairement évolué, sur les feuilles mortes, les fruits séchés sans toutefois perdre le côté épicé qu’on aime tant dans la syrah. En bouche, la surprise se poursuit, en fraîcheur et en équilibre, avec des tanins bien fondus, comme seul 13 ans de vieillissement peuvent le faire. La finale est un peu courte? Pas grave, ça ne fait que rappeler d’ouvrir la prochaine assez rapidement…! 

Vous avez quelque chose à ajouter?