Shanghai - Laos 2011

Deux jours à Luang Prabang

Je quitte Luang Prabang avec le goût d’y passer quelques jours de plus et la promesse d’y retourner un jour.

Pas d’ordinateur à notre arrivée en Thaïlande, mais je préfère publier le texte tout de suite et rajouter les photos plus tard, quitte à ce que ça soit à mon retour

Lors de notre arrivée après avoir quitté Vang Vieng environ 7 heures plus tôt (pourtant éloignée de seulement 175 km), nous avions bien hâte de se dégourdir les jambes et d’aller explorer la ville.

Premier arrêt, That Phu Si, la colline au centre de la ville afin de pouvoir observer le coucher de soleil ef le panorama sur le Mékong.

Après le souper, un bref passage au marché nocture Hmong au centre-ville. On peut y trouver de l’artisanat local, des textiles de toutes les qualités et à tous les prix, des T-Shirts pour touristes, etc. L’ambiance est sympathique et les vendeurs ne sont pas insistants et ne tentent pas à tout prix d’attirer notre attention, ce qui fait un gros contraste avec Hanoi (et avec le reste de l’Asie du Sud-Est, d’après ce que j’ai pu lire). Le guide Lonely Planet affirme que les kips dépensés ici s’en vont directement dans les poches des artisans, mais à voir l’homogénéité de certains produits d’un étal à l’autre, j’aurais tendance à mettre quelques bémols sur cette affirmation. Le marché reste quand même un arrêt important de toute visite à Luang Prabang.

Le lendemain matin, lever avant les aurores afin d’aller observer la ceuillette des offrandes des citoyens de la ville aux moines des différents temples bouddhistes de la ville. Au lever du soleil, vers 6 heures, les moines sortent de leur temples en procession et font le tour de la ville afin de recueillir la nourriture préparée par les habitants.

Afin de donner une offrande aux moines, le premier critère est que le geste soit spirituellement significatif pour celui qui fait l’offre. Si ce n’est pas le cas, les moines vont préférer que le touriste observe respectueusement le tout. Aussi, la personne qui fait l’offrande doit s’agenouiller et attendre la procession des moines, qui portent en bandouillère un panier. Si le moine juge que la personne est digne de faire l’offrande, il ouvre son panier et la personne doit y dépkser son offrande, habituellement du riz gluant ou des bananes. Le moine bénit alors la personne ayant fait l’offrande et continue son chemin.

La pratique incite au recueillement et à la méditation mais est parfois incomprise par certains touristes. Certains décident de faire une offrande mais n’observent aucun des codes, ce qui fait que la majorité des moines refusent leur offrande. Certains choisissent de ne pas faire d’offrande mais s’approchent de très près pour prendre des photos, souvent au flash. On imagine l’atmosphère de recueillement et de méditation que ça peut donner…

En explorant la ville par la suite, nous avons traversé des quartiers plus résidentiels alors que les moines finissaient leur tournée et l’atmosphère était beaucoup meilleure car il n’y avait pas de touristes dérangeants… Un des avantages de se lever aux aurores pour assister à cette cérémonie est qu’on peut ensuite explorer la ville et la voir s’éveiller sous nos yeux.

Pour déjeûner, deux croissants dangereusement bons, à la boulangerie Le Banneton, avec un café. Les laotiens prennent leur café avec une couche de lait condensé au fond de la tasse que l’on peut mélanger au goût pour sucrer le breuvage. En le mélangeant au complet, on obtient une boisson sucrée qui met bien en évidence les qualités aromatiques et la faible amertume du café lao.

Ensuite, visite du Musée National dès son ouverture. Lors de l’accession du Parti Communiste au pouvoir en 1975, l’ancien palais royal au centre de Luang Prabang a été coverti en musée et expose principalement des reliques de la période monarchique. La salle du trône, avec sa mosaïque faite de morceaux de verres est particulièrement impressionnante. En étant les premiers visiteurs de la journée, nous avons pu avoir le palais pour nous seul pendant presque une demie-heure, ce qui a rendu la visite d’autant plus agréable.

En soirée, souper chez Tamarind, un restaurant qui vise à rendre la nourriture lao moderne et fairemcomprendre les différentes saveurs de cette cuisine souvent confondue avec la cuisine thaïe. Ici, nous avons choisi un assortiment de 4 sauces dans lesquelles on trempe le riz gluant afin de lui donner un peu de goût. Une sauce aux piments verts (un peu piquante), une sauce au piments chili locaux avec un peu de peau de buffle grillée pour la texture (très piquante…!), une délicieuse sauce tomates et coriande qu’on aurait bien pu manger au Mexique (pas piquante du tout, même un peu sucrée) et une purée d’aubergines grillées (avec un superbe petit goût de fumée). La pièce de résistance était du poisson cuit vapeur dans une feuille de bananier à l’aneth qui fondait dans la bouche. Pour le reste du buffet, des petites bouchées de pousses de bambou, de légumes verts en feuille (genre rapini…) marinés.

En plus de vouloir faire une grande place à la culture locale, Tamarind insiste beaucoup sur le côté responsable de leur entreprise, et ce, par une série de petits gestes: bouteilles d’eau réutilisables, pas de pailles dans les breuvages, ils offrent un service de traiteur et si on ne veut pas de plats réutilisables qu’on doit leur rapporter, on doit payer 5000 kips de plus, etc. De plus, la moitié de menu est consacrée à expliquer la gastronomie lao et à présenter des organismes communautaires qui cherchent à faire une différence au Laos. Bravo pour cette initiative!

Après cette journée bien remplie, retour à l’hôtel bien mérité avant le départ pour deux jours sur le Mékong, d’où j’écris ces lignes. Au Laos, les abords du fleuve sont très montagneux et surprenamment très peu habités. On voit bien quelques maisons de temps en temps, mais la majorité de temps, le paysage est fait de montagnes assez abrupts et patriellement ravagés par l’exploitation (un peu sauvage) de la forêt lao. Je vais d’ailleurs revenir sur cet aspect plus tard. Bref, plein de temps pour écrire et prendre un peu de soleil…!

Vous avez quelque chose à ajouter?