CellierDégustations

Un groupe de dégustation? Facile!

Un club de dégustation de vin? Ça n’a pas à être ce cercle fermé où les gens utilisent des adjectifs ésotériques pour décrire du jus de raisin fermenté. À bas les préjugés, vous aussi pouvez mettre sur pied votre club de dégustation de vin avec un minimum de préparation et de volonté. Guide pour soirées réussies en 4 étapes.

Se trouver des amis

Les Vinsignifiants en pleine action
Les Vinsignifiants en pleine action

Le vin est avant tout une boisson sociale et c’est avec un bon cercle d’amis que partager une bonne bouteille prend tout son sens.

Au-delà de l’aspect festif de la chose, s’assurer d’avoir un groupe d’amis intéressés au vin permet de s’assurer d’un groupe stable sont les liens sont déjà établis. Pas besoin d’être des experts en vin, mais ça prend au moins un intérêt pour le vin et les soirées entre amis. J’imagine que ces deux qualités sont pas mal répandues dans votre cercle d’amis et qu’il ne sera pas trop difficile à trouver…

Se fixer une fréquence de rencontre

À mon sens, une des principales différences entre un club de dégustation et un souper entre amis est la récurrence de la chose. Fixez-vous une fréquence avec laquelle tous sont à l’aise. Ça peut être une fois par mois, par deux mois, deux fois par année; l’important est de tenir une réunion sur une base régulière. Par exemple, dans le groupe que je me suis monté avec des amis, on vise 4 réunions par année puisque c’est ce qui convient le mieux aux horaires de tous.

N’hésitez pas à faire quand même une réunion même s’il manque un membre ou deux puisqu’à 8-10 personnes, c’est parfois difficile de faire concorder les horaires… Pour ceux qui ne connaissent pas, Doodle sera votre outil de prédilection pour cette délicate tâche!

Se fixer des règles du jeu

Avec des règles claires dès le départ pour tous, il n’y a pas d’ambiguïté et tout le monde sait dans quoi il s’embarque. À chaque rencontre, les participants amènent une bouteille et quelque chose pour manger? Chaque personne reçoit les autres à tour de rôle et est en charge de fournir les vins? Faire des rencontres dans un resto différent à chaque fois et y explorer la carte des vins? À l’aveugle ou à bouteilles découvertes? Il n’en tient qu’à vous (mais je vous incite à faire ça à l’aveugle)!

Un joli alignement de bouteilles mystérieuses!
Un joli alignement de bouteilles mystérieuses!

Fixer une limite monétaire aux vins qui sont apportés est un must, afin que personne ne se sente mal à l’aise parce que quelqu’un tente de faire son show-off avec des grosses quilles… Avec le choix qui est disponible à la SAQ, pas besoin de mettre nécessairement des montants faramineux: pour 20 – 25$, la gamme de produits et de découvertes est assez impressionnante!

Au-delà de ça, il est intéressant de se fixer un thème pour chaque rencontre. Ça permet d’avoir des vins qui ont une base de comparaison commune et aux participants de sortir de leur zone de confort viticole. Tous des fans de l’Europe? Faites une soirée Nouveau Monde! Explorez à fond une région particulière! Un millésime! Un cépage! Encore une fois, la limite n’est que votre imagination.

S’amuser!

Mine de rien, c’est ça le plus important. Avec des bons amis, du bon vin (ou même du vin un peu ordinaire, mais qui fait sortir la discussion), c’est garanti que vous allez passer du bon temps.

La possibilité d’avoir plusieurs vins comparables servis en même temps est une formidable occasion d’apprentissage. C’est en goûtant qu’on peut mettre en évidence les différences et les similitudes entre les différents vins servis. Et c’est plutôt inusité de s’ouvrir 5 bouteilles de vin un petit mardi soir dans le but de les comparer, non? Sachez profiter de cette occasion pour étendre votre palais!

Passer un peu de temps à faire de la recherche sur les vins disponibles pour le thème de la prochaine rencontre, le préparer et le partager avec des gens à qui on tient, c’est une bien belle manière d’occuper une soirée!

4 réflexions au sujet de « Un groupe de dégustation? Facile! »

  1. Julien, 3-4 petites choses selon ma petite expérience.

    Les doodle est un comité qui ne réussira à prendre aucune décision. Tu parles de règles claires, de dire que ça se tient le 1er mercredi du mois est tellement plus simple et efficace. La preuve, a contrario, combien de dégustations ont avortées sur FDV jusque parce que l’organisateur ne fixait pas la date au départ ?

    Ensuite, le nombre et le budget. Plus j’ai participé à des dégustations, plus j’ai découvert le plaisir d’être moins de participants et d’avoir plus de bouteilles. Si le thème est Bordeaux 2010 par exemple, pourquoi ne pas fixer le nombre à 6 personnes qui apporteront 2 bouteilles chacun à 25-30$ plutôt qu’une seule à 50-60$? On a alors un échantillon plus large et des demies pour le lendemain pour valider l’évolution de son « préféré ». Personnellement, <a 8-10 personnes c'est trop ! On a rarement une disposition de salle optimale pour avoir de vrais bons échanges avec chacun.

    Le budget… a-t-on vraiment besoin d'organiser un line-up de bouteille "régulières" ? Mes meilleures dégustations ont été celles où il y avait une grosse bouteille dans le milieu dont le prix était "splitté" parmi les participants et chacun y allait avec l'appellation dans un registre plus accessible. La dégustation de Latour encerclé d'autres Pauillac a été une révélation pour moi à ce effet.

    Finalement, si un p'tit Joe veut flasher… on lui dit merci et on apprécie tout simplement sans porter de jugement autre que sur le vin ! ;-)))

    Black

  2. Merci Black de ton commentaire pertinent et de faire profiter à tous de ta longue expérience! Je suis bien content de te voir commenter et lire ici! 🙂

    C’est vrai que ça prend un leader qui « call la shot ». Si on tient une dégustation au mois, c’est assez facile de faire une règle claire que tout le monde va suivre facilement. Pour des dégustations plus espacées, Doodle s’est montré particulièrement efficace de mon côté. On lance l’invitation et on y va avec la date où il y a le plus de monde disponible, sans chercher à tout prix à avoir tout le monde.

    Par contre, avoir un groupe de 8-10 permet de toujours tenir une rencontre même s’il y a du monde absent. Pour la fois où on est 10, il y a 2-3 fois où on est juste 8, qui est le sweet spot selon moi.

    Pour les bouteilles dites « régulières », ça dépend du régulier de tous et chacun…! J’aime l’idée d’avoir une grosse bouteille dans le lot qu’on sépare, je vais certainement le proposer pour la prochaine fois!

    Je veux surtout mettre de l’avant que s’organiser un groupe de dégustation, c’est pas si compliqué et que ça prend pas nécessairement des bouteilles hors de prix. Par contre, si on veut évoluer vers ça par la suite, pas de problèmes!

  3. Salut Julien et Ben!
    Ça fait maintenant 2 ans que nous avons fondé notre petit club de dégustation à Montréal. On se rencontre mensuellement et la date n’est pas prévue d’avance (impossible avec les vies de famille bien remplies!). La responsabilité de chaque dégustation est « tournante », et Doodle est notre ami! En deux ans, on a sauté très peu de mois (2-3 max). Nous sommes maintenant 8 mais nous avons déjà été 10. Il est plutôt rare qu’un membre rate une dégustation. On vote les thèmes au début de chaque année et on se fait toujours un petit Dreamer avec de la bonne bouffe. Les thèmes sont très hétéroclites (cépage, région, producteur, millésime, aveugle…).

    Nous avons d’ailleurs une dégustation ce soir: les rouges moins connus du Sud de l’Italie!
    Santé!

  4. J’ai bien le principe que vous avez de déterminer des thèmes à l’avance et de mettre chaque personne en charge de l’organisation d’une dégustation. Par contre, avec cette formule, faut que tous aient un assez bon niveau à la base pour s’assurer que les dégustationss soient aussi intéressantes les unes que les autres…!

    Bonne dégustation ce soir, j’ai bien hâte de lire ce que vous avez trouvé d’intéressant das le sud de l’Italie!

Vous avez quelque chose à ajouter?