Arrivages CellierCellierCompte-rendusDégustations

Bal en blanc – Cellier Express à la SAQ Jean-Lesage

Le 9 juillet, la succursale de la SAQ Jean-Lesage a organisé en primeur au Québec une dégustation des 21 vins blancs mis en vente le lendemain matin. Le principe s’inspire un peu de la dégustation tenue en juin dernier pour l’arrivage des vins Cellier.

Le concept était moins formel que pour la dégustation Cellier et se voulait en quelque sorte inspirée d’un salon des vins. 21 vins étaient offerts à la dégustation, sans ordre particulier et sans présentation formelle de la part des animateurs. L’absence de présentation peut s’expliquer par le fait que très peu d’informations sur ces vins étaient disponibles au moment de la dégustation. Certains de ces vins avaient été commentés par Jacques Benoît lors d’une chronique dans La Presse, mais de manière générale, nous y allions pas mal à l’aveugle.

Voici donc les vins que j’ai préféré tout au long de la soirée. Toutefois, on doit noter que l’ordre de dégustation étant un peu aléatoire, il est fort probable que le vin ait souffert ou ait été bonifié par ce qui le précédait. De plus, avec 21 vins (et c’est mon seul point négatif de la soirée), on finit par se fatiguer et être moins en mesure d’apprécier les vins dégustés en fin de dégustation. Finalement, comme à l’habitude, il s’agit d’une sélection toute personnelle, vous êtes invités à laisser vos propres commentaires!

    • Les Chailloux – Pouilly Fumé – 2006 – 24.10$

Bien que dégusté vers la fin de la soirée (en 17e rang…), ce vin s’est élevé sans problèmes au-dessus des autres produits offerts pendant la dégustation. Très bien équilibré et nuancé, le vin se laisse découvrir lentement. Il ne s’agit pas d’une explosion ni au nez, ni en bouche, mais le vin possède cette classe et une élégance particulière.

    • Les Jamelles Sélection Spéciale -Vin de pays d’Oc – Viognier/Marsanne – 2005 – 18.75$

Je dois l’admettre d’entrée de jeu: je suis un fan fini du Viognier. J’adore les qualités aromatiques intenses de ce cépage et ce vin n’en manque pas. Beaucoup d’arômes de fruits et de fleurs. Bien que le vin soit un peu moins fort en bouche qu’au nez, il n’en demeure pas moins très agréable à boire et particulièrement intéressant. Pour ceux qui aiment des vins blancs atypiques et qui veulent éviter les vins du style « Pamplemousse – Cuvée Oasis 2007 ».

    • Fontego Cappuccina – Soave – Garganega/Trebbiano – 2006 – 15,75$

Tout comme le Pouilly-Fumé, il s’agit d’un vin qui a été bien apprécié par Jacques Benoît lors de sa chronique mentionnée précédemment. Bien aromatique avec une belle texture, un peu grasse avec des notes de beurre. Serait très agréable en apéro et il offre un très bon rapport qualité-prix.

    • Expression de Gneiss et d’Orthogneiss – Domaine de l’Écu – Muscadet-Sèvre et Maine – 2006 – 19.55$

Il s’agit en fait de deux vins de la même maison, provenant de la même région mais de terroirs très différents. Le Gneiss et l’Orthogneiss sont en fait deux formations rocheuses que l’on retrouve dans la région. La même maison fait aussi Expression de Granit, déjà commercialisé à la SAQ.

Dégusté en premier, l’Expression de Gneiss offre un nez très intense de poire. Le nez est assez simple et ne donne pas dans la même subtilité que le Pouilly Fumé, mais le vin est tout de même très agréable. On l’a fait suivre tout de suite du Expression d’Orthogneiss qui lui possédait une acidité plus importante, avec des notes de pomme verte. Encore une fois, le nez était assez simple mais très efficace. En bouche, les deux vins offrent une bonne longueur et un ensemble très agréable.

    • Saint-Bris – Domaine Sorin de France – 2005 – 17.50$

L’appellation Saint-Bris est la seule appellation de Bourgogne dans laquelle il est permis de cultiver du Sauvignon blanc. Il en résulte un bon vin rafraîchissant qui se laisse boire assez facilement. Même pris à la fin de la dégustation (20e sur 21 vins), on y a trouvé de belles notes de miel, de fleurs et de pamplemousse, tout en gardant un bon équilibre. À un prix très honnête pour cette qualité.

Sur le lot de vins qui a été servis, il est évident que certains nous plaisent moins. Bien qu’il est plus usuel de lister les vins que l’on préfère, je ne peux pas passer sous silence trois déceptions que j’ai eu lors de la dégusatation.

    • Sauvignon Blanc – Kim Crawford SP State Highway – Marlborough – 2006 – 29.40$

Décidément pas mon type de vin, qui ne semble pas avoir été apprécié par grand monde autour du bar d’ailleurs. Le nez présente des désagréables odeurs de pipi de chat, tellement intenses qu’on peine à découvrir autre chose… En forçant, on finit bien par trouver de l’ananas et un peu d’agrumes, mais la première impression reste forte. En bouche, c’est très ordinaire aussi. Certains diront que ce vin est résolument moderne, je trouve plutôt qu’il semble faux… Surotut pour 29.40$…

    • Torrontes – Don David Reserve – Vallée de Cafayate – 2007 – 16.15$

Les sentiments sont partagés quant à ce vin. Le nez est particulièrement intense et intéressant. Toutefois, lorsqu’on y goûte on peine à trouver quoique ce soit. Il est probablement trop jeune, mais après le superbe nez, on ne peut être que déçu par le reste du vin. À réévaluer dans quelques années.

    • Chardonnay Village Reserve – Le Clos Jordanne – Niagara – 2005 – 23.00$

Ce vin semble avoir été reçu de manière mitigée autour du bar. Certains aimaient bien, d’autres trouvaient que le prix de 23$ était trop élevé. Toutefois, tous s’entendaient que ce vin serait le premier à disparaître des tablettes, entre autres à cause de la critique d’un autre vin de la même maison que Chartier a fait récemment dans La Presse.

Quant à moi, je l’ai trouvé boisé, avec un bon nez mais un peu décevant en bouche. Certainement pas mon premier choix pour 23$. À ce prix-là, donnez-moi sans hésiter un Terras Gauda O Rosal dégusté lors du dernier Cellier.

Vous avez quelque chose à ajouter?