Bonnes adresses en Sicile

Le temps passe vite, mais il y a bientôt deux ans nous nous envolions pour une dizaine de jours en Sicile, pour un voyage mémorable. Au programme, quelques jours à Palerme, quelque jours dans le sud-est de l’île et quelques jours autour de l’Etna. Retour sur les bonnes adresses qui sont restées gravées dans ma mémoire.

Où dormir?

Amateurs de vin, vous connaissez probablement déjà le domaine COS, bien présent au Québec depuis quelques années. Vous ignorez peut-être qu’ils opèrent aussi quelques chambres d’hôte à même les installations du vignoble. Petit déjeuner copieux et balade dans les vignes tôt le matin, on peut difficilement demander mieux.

Locanda COS

Locanda COS
SP. 3 Acate-Chiaramonte Km. 14,300

97019 Vittoria RG

Un peu plus au sud, on retrouve la ville baroque de Scicli. Aussi détruite pendant le tremblement de terre de 1693 (qui dévasta tout le Val di Noto), elle est moins connue que les autres villes de la région, mais tout aussi charmante et aussi inscrite sur la liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Scicli demeure toutefois pour moi l’emplacement d’un B&B de rêve, tenu par Elisa, qui anime le blog bouffe Buccia di Limone. Le jardin embaume les herbes aromatiques et on voudrait passer toute la journée à la table sous les vignes ou à marcher dans l’oliveraie qui s’étend au pied de la maison. Et tout ça, c’est sans compter Elisa elle-même, qui nous accueille comme des amis. Si le paradis sur terre n’existe pas, cette maison s’en rapproche pas mal…!

Buccia di Limone

Buccia di limone
Réservation sur Airbnb ici: https://www.airbnb.ca/rooms/948644?s=Ondm
ou directement sur le blogue ici: http://www.bucciadilimone.it/p/la-mia-casa-per-voi.html

À Palermo et dans la région de l’Etna, pas de véritable coup de coeur. On a trouvé difficile de réserver un hébergement autre qu’un hôtel sans charme véritable à Palermo (laissez-moi vos meilleurs adresses dans les commentaires!) et la ville de Taormina est jolie mais hyyyyyyper-touristique et notre hébergement était correct, mais pas magique.

Où manger?

SakalleoDe loin, le meilleur repas de tout le voyage fut chez Sakalleo, dans le petit port de Scoglitti. Des crevettes ultra-fraîches, sorties du bateau du restaurant quelques heures auparavant, toutes en simplicité et presque crues. L’essence de la mer dans quelques bouchées. Ensuite, calmars frits, thon, pieuvre et moules ont complété ce festin de la mer que je garderai longtemps en mémoire.

Ristorante Sakalleo
Piazza Cavour, 12, Scoglitti, Vittoria RG

À Scicli, la foule fait la file pour aller manger une pizza de chez Pura Follia. La terrasse donne sur la Piazza Busacca et la vue permet de tolérer l’attente si vous n’avez pas de réservation. Dans l’assiette, la pizza est créative et la croute croquante.

Pura Follia
Piazza Busacca snc, 97018 Scicli, Sicily

Dans la vieille ville de Siracusa, on fait le plein de classiques siciliens et de pâtes particulièrement goûteuses chez Sicilia in Tavola. Si vous avez un endroit pour choisir un plat de pasta alla Norma, c’est probablement ici. En plus, Siracusa est fort certainement sur la liste de tout touriste qui va en Sicile…

On ne manquera pas non plus d’aller faire une petite virée shopping chez Tami’, boutique dans laquelle on peut faire le plein de vin sicilien à tendance nature, de mets cuisinés et de livres et d’objets design. C’est le genre de boutique dans laquelle on peut flâner des heures, et ressortir avec une bouteille de Frank Cornelissen ou d’Arianna Occhipinti (copropriétaire de la boutique). La marque a depuis grandi et commercialise la gamme de vin de négoce d’Arianna, qui commence à être disponible au Québec.

Sicilia in Tavola
via Cavour 28, 96100 Siracusa SR, Italia

Tami’
via Cavour 13, 96100 Siracusa SR, Italia

À Palermo, on s’arrête chez Spinnato pour un granité et une brioche. Oui, c’est une autre adresse touristique que vous trouverez dans tous les guides, mais on y passe un bon temps sur la terrasse. Si l’idée de prendre un chocolat chaud alors qu’il fait 40 degrés à l’extérieur, c’est chez Ciccolato Lorenzo qu’il faut aller. Pour les autres, le détour est tout de même intéressant pour une pause gâteau tout à fait méritée.

Antico Caffè Spinnato
Via Principe di Belmonte, 111, 90100 Palermo

Cioccolato Lorenzo
Via IV Aprile, 7, Palermo, Italy

Anitco Caffè Spinnato

Détails pratiques

Pour s’y rendre, les principales villes européennes sont connectées à Palermo (principalement) ou à Catania, via les principaux opérateurs low-cost. Depuis peu, Ryanair atterrit directement dans le sud-est de la Sicile à l’aéroport de Comiso à partir de Londres (Stanstead) et Bruxelles (Charleroi).

Rendu sur place, la location d’une auto s’avèrera pratique voire essentielle, puisque le transport en commun est minimal dans l’île et le train est au mieux, une vraie farce. Par contre, puisque vous ne voulez pas conduire à Palermo, prendre l’auto à l’aéroport est une sage décision.

Pour les visuels, vous trouverez toutes les adresses sur une carte facile à consulter! N’hésitez pas à ajouter vos propres coups de coeur dans les commentaires si vous avez déjà visité la région!

Adresses gourmandes à Rome

Ah, l’Italie! Avec ses pâtes, son café, son bon vin et la gelato, c’est difficile de trouver une meilleure destination pour les gourmands. Rome, avec son statut de capitale (et de centre du monde civilisé), offre à elle seule des possibilités infinies pour qui sait bien chercher. En plus d’être débordante d’histoire, on y mange bien sans y dépenser une fortune, pour une ville de cette importance.

Voici donc, en vrac, quelques adresses glanées lors de mes trois passages dans la Ville Éternelle. Je n’ai pas la prétention d’affirmer des meilleures adresses de cette grande ville, mais ce sont tous des coups de coeur qui méritent définitivement une visite, qu’on en soit à sa première ou à sa vingtième visite de Rome! (suite…)

Carnets italiens: un après-midi chez Calabretta

À la fin d’un joli après-midi sur les flancs de l’Etna, on s’arrête au centre-ville de Randazzo, pour y faire la découverte des produits de Calabretta. Situé à une quarantaine de minutes de la station balnéaire de Taormina (ci-dessous), Randazzo est le village situé le plus près du cratère de l’Etna et forme le coeur de cette région vinicole.

Etna, depuis TaorminaSi le nom de Calabretta n’est pas nécessairement familier au Québec, il a su faire sa place dans la viticulture sicilienne. La famille produit du vin depuis le début du XXe siècle, mais il est vendu principalement aux restaurants locaux. C’est toutefois à partir de 1997 que Massimo et Massimiliano Calabretta, respectivement 3e et 4e générations de vignerons, ont décidé d’embouteiller sous leur propre nom.

Lors de notre visite, Salvatore nous a accueilli chaleureusement dans le jardin et nous a fait d’abord visiter les installations. Agrandies au fil du temps, construites sur plusieurs niveaux par la force des choses, le domaine reçoit ceux qui veulent bien visiter, sur réservation préalable. Au jour le jour, Salvatore travaille dans le chai et c’est lui qui nous mène à travers les divers étages et différents vins, Massimiliano étant retenu à l’extérieur lors de notre passage. On a la chance d’avoir quelqu’un qui a les deux mains dans le vin à longueur de journée, pas un amateur de la visite pour touristes de passage.

Dans l’échange de emails avant notre visite, Massimiliano me mentionnait que la dégustation commencerait par un tour d’horizon de 2012, tiré directement des cuves, des barriques et des botti, ces immenses barriques de 50 à 75 hectolites. On goûte ici au Nerello Mascalese avec la vigueur de la jeunesse, des fruits rouge en quantité et des tanins prédominants, bien que dans des terroirs spécifiques comme Solichiatta, il révèle une fraîcheur et un légèreté insoupçonnée. Dans sa version rosée, on a affaire à un vin sérieux qui fera certainement plus d’heureux à table qu’à l’heure de l’apéro. Les jeunes vignes sont rassemblées dans la cuvée GaioGaio, qui se veut un vin de soif, moins complexe mais qui se boit comme du petit jus.

Ce n’est toutefois pas ce que Calabretta veut principalement mettre de l’avant. L’Etna Rosso est conservé pendant 10 ans (!) dans les botti avant d’être embouteillé. Vous avez bien lu, ils passent 10 ans avant de voir les tablettes.  La verticale d’Etna Rosso, toute tirée directement des botti nous a permis de constater directement l’évolution de ce vin. D’un monstre de tanins, il évolue gracieusement tout en conservant un équilibre et une longueur impressionnante. Au bout de 10 ans, il arrive déjà mature et prêt à boire, avec sa belle robe tuilée par les années. La beauté de la chose? Le prix est raisonnable, même ici au Québec…!

Au Québec, le domaine est représenté par Oenopole et est disponible en importation privée. Au moment d’écrire ces lignes, une commande devrait arriver au Québec à la fin-octobre. On pourra ainsi mettre la main sur du GaioGaio 2010 (22$) et des magnums de Etna Rosso 2002 pour 57$. Moins cher qu’un magnum de Liano? N’importe quand!

Merci à Aurélia d’Oenopole de m’avoir mis en contact avec Calabretta. 

Carnets italiens: La gelato, c’est sérieux

Lors d’un voyage en Italie, un des grands plaisir est de se promener de village en village, à la recherche de la meilleure crème glacée. Toutes ont leur spécialité et les découvrir fait partie des grands plaisirs d’un voyage au pays de Dante.

Avec un peu d’attention, il est plutôt facile d’éviter les attrape-touristes (il y en a partout où il y a des touristes…). Un truc facile est de regarder la couleur de la gelato aux bananes: si elle est jaune, éloignez-vous rapidement, elle devrait plutôt être beige. Aussi, sauf quelques rares exceptions, les meilleurs endroits ne font que de la crème glacée et ne sont pas nécessairement sur les rues les plus touristiques et la vente de crème glacée est le point central du commerce. Dans le doute, fiez-vous aux locaux! Si l’endroit est bondé, il y a des bonnes chances que ça soit très bon!

Voici donc quelques adresses tirées de notre plus récent séjour à Rome et dans le sud-est de la Sicile.

À Rome

Tout juste débarqué du train à la station Termini, on se dirige vers I Carusotout juste au nord, derrière les termes de Dioclétien. Ici, la crème glacée est prise au sérieux, comme le démontre le calendrier des saveurs, affiché à l’entrée, tout près de la cuisine ouvertue sur la rue. Lors de nos deux visites, tout était bon, mais on se rappellera longtemps de celle à la noisette, qui offrait un équilibre parfait entre sucré et richesse. J’en ai même repris lors de notre deuxième visite.

I Caruso

Dans le Trastevere, on se dirige vers Fior de Luna. Cette gelateria et chocolaterie située à quelque pas de Santa Maria in Trastevere a eu la brillante idée de faire 3 parfums à partir de trois chocolats différents. Je n’ai pas osé prendre un mélange des trois pour bien les comparer, puisque les autres saveurs étaient toutes aussi attrayantes!

À Ragusa

C’est au coeur de la place centrale de la vieille ville de Ragusa qu’on a trouvé la gelato la plus originale (et certainement une des meilleures) de tout le voyage, chez Gelati diVini.

Gelati diVini, Ragusa

Oui, les classiques y sont, mais ce sont les saveurs qui sortent de l’ordinaire qui font courir les foules. On y fait 3 gelati à base de vin (au Passito di Pantelleria, au Moscato d’Asti et au Brachetto d’Acqui) mais le coup de coeur est venu pour celle aux amandes grillées (mandorla tostata, sur la photo) et aux figues vertes (en haut à droite). Un comptoir à découvrir et redécouvrir. De plus, l’enoteca qui jouxte la glateria offre une belle sélection de vins siciliens à des prix tout à fait décents.

À Noto

Ce qui retient l’attention dans cette ville touristique du sud-est de la Sicile n’est pas la gelato mais bien une spécialité toute sicilienne, le granité. Et on ne fait pas vraiment mieux que celui de Corrado Assenza, au Caffè Sicilia.

Caffè Sicilia, Noto

Plus rafraîchissante que la gelato, servie avec une brioche, elle forme souvent le déjeûner des Siciliens. En fin d’après-midi, alors que le soleil tape, c’est plutôt bien aussi…! Ici, on a opté pour un trio dégustation, avec des saveurs d’amande, de framboise et de fraise-tomates. Cette dernière a été ma préférée, un beau mélange d’acidité, de fruit et d’originalité (on goûtait un peu la tomate, mais ce n’était pas dérangeant du tout!). Avec la brioche, c’est un régal!

Un des grands plaisirs de l’Italie, c’est de tenter de savoir si dans le prochain village, on fait de la meilleure crème glacée que le village précédent. Toutes les excuses sont alors bonnes pour prendre encore une petite crème glacée…!