Priorat: la redécouverte d’une région

Douzième siècle, des moines chartreux s’établissent dans une région reculée de la Catalogne et fondent un monastère adossé à la Serra de Monstant, Escaladei, vivant humblement des fruits de la terre de la région. Entourées de montagnes, les collines sauvages du Priorat sont isolées du reste de la Catalogne et une dizaine de villages se développent autour du monastère. Il s’agit d’un lieu parfait pour la retraite et le recueillement recherché par les moines.

Monastère d'Escaladei
Monastère d’Escaladei

Début du vingtième siècle, la région, déjà plutôt pauvre et frappée de plein fouet par le phylloxera, se vide de ses habitants, qui quittent pour les grandes villes catalanes de Tarragona et Barcelona. Une appellation est créée en 1932 pour les vins du Priorat, mais la guerre civile espagnole vient interrompre sa mise en place, et elle n’entrera en vigueur qu’en 1954. Tout ce temps, le vin produit dans la région continue à être exporté à l’extérieur de la région pour apporter du punch dans les autres vins qui n’ont pas autant de soleil.

C’est en 1989 que l’histoire moderne du Priorat recommence à s’écrire. C’est à cette date que 5 vignerons, visionnaires et un peu fous, mais surtout séduits par le potentiel de la région, s’établissent à Gratallops pour tirer le meilleur des raisins de la région. La reconnaissance internationale vient rapidement, pour leurs vins à base de grenache et carignan qui faisaient aussi la part belle aux cépages en vogue à l’époque, le cabernet-sauvignon, merlot et syrah. La reconnaissance vient assez rapidement et la région se découvre tranquillement au yeux du monde.

Alors que la mode dans le monde du vin s’en va de plus en plus vers des vins issus de régions délimitées géographiquement, le Priorat emboîte le pas tout en s’éloignant un peu des vins modernes qui ont reçu l’aval des critiques à la fin des années 1990. Depuis 2009, les producteurs peuvent désigner la provenance de leurs raisins selon les 12 villages du Priorat avec la désignation Vi de Villa, suivie du nom du village. On voit aussi des vins issus de vignobles uniques, dénomés Vi de Finca. En même temps, les vignerons prennent conscience de l’immense legs sur lequel ils sont situés et cherchent à réhabiliter les vignobles plantés au début et au milieu du 20e siècle.

Le Priorat, en 2017, c’est un peu moins de 2000 hectares de vignes réparties sur 12 villages différents, dont 95% de la production est consacrée aux vins rouges. On voit maintenant des vignerons qui vont rechercher la fraîcheur, expérimenter avec des amphores, etc. Ainsi, malgré une histoire qui s’échelonne sur plusieurs siècles, on peut donc considérer le Priorat comme une toute jeune région vinicole et on y retrouve cette énergie brute d’une région qui (re)découvre ce qu’elle a à offrir au monde.

Il est pour l’instant difficile de bien différencier les vins des différents villages, et je pense que ça restera toujours difficile dans le Priorat à cause des immenses différences d’altitude et d’orientation au sein d’un même village. On peut toutefois séparer en trois grandes régions, comme le font instinctivement les vignerons locaux: le sud, le centre et le nord! On peut voir la division informelle sur la carte ci-dessus.

À cause de leur altitude légèrement plus élevée et d’une percée dans les montagnes qui s’ouvre sur la mer Méditerranée, les vins provenant des villages du nord (Escaladei, Poboleda, Porrera) vont avoir un taux d’alcool légèrement plus faible (14.5% au lieu de 15% ou 15.5%) et un peu plus de fraîcheur. Ils peuvent être même parfois un peu austères, avec la minéralité presqu’à l’avant-plan. A contrario, les vins des villages du sud (Bellmunt, El Molar, El Lloar) sont habituellement plus juteux et joufflus que ceux du nord. Les vignes y sont situées à plus basse altitude, autour de 350m (par opposition à 450-500m au nord). Au centre, Gratallops fait office de coeur de la région et beaucoup des vignobles les plus prestigieux y sont situés.

Vignoble de L'Emita, une pente abrupte faisant face au nord, tout juste à la sortie de Gratallops.
Vignoble de L’Emita, une pente abrupte faisant face au nord, tout juste à la sortie de Gratallops.

Cette minéralité provient principalement des vignes plantées sur la llicorella, un sol d’ardoise très bien drainé, riche en cuivre et pauvre en nutriments dans lequel la vigne doit travailler très fort pour s’implanter.

Couplé aux pentes souvent abruptes sur lesquelles sont plantés les vignobles, la mécanisation y est quasi impossible et les rendements sont lilliputiens. Les vignerons vont parler en terme de grammes de fruit par plant (ou en jours d’ouvrage pour s’occuper du vignoble!) et ce n’est pas rare de voir des plants produisant 250 grammes de raisin, loin d’être même assez pour faire une bouteille de vin! Ainsi, on comprend donc un peu mieux pourquoi les prix pour ces vins sont généralement élevés.

Malgré cette concentration et le taux d’alcool important qui en est souvent issue, les vins gardent une fraîcheur étonnante grâce à une très forte différence de température entre le jour et la nuit. Au final, on a des vins plein de caractère, qui reflètent bien le caractère sauvage et brut du milieu dont ils sont issues.

Goûter le Priorat au Québec? On a la chance d’avoir une cinquantaine de vins provenant de cette région sur les tablettes de la SAQ, mais comme il ne s’agit pas de gros volume, il faudra probablement chercher un peu et garder l’oeil ouvert.

Village de Porrera au coeur des vignes.
Village de Porrera au coeur des vignes.

Franck Massard est un sommelier belge ayant eu un coup de coeur pour cette région catalane en 2004. Initialement installé à El Molar, il s’est relocalisé à Poboleda, tout au nord de l’appellation pour aller chercher plus de fraîcheur dans ses vins. L’Humilitat 2012 est son vin d’entrée de gamme, dans lequel il souhaite mettre de l’avant tout le fruit possible du Priorat. Ne vous attendez pas à un petit vin de soif tout de même, il titre 14.5% d’alcool et demande, comme tous ses collègues, un repas qui saura lui tenir tête. J’ai goûté le 2014 sur place, le 2012 devrait être juste à point!

Valeur sûre à chaque année, Les Terrasses 2015 d’Alvaro Palacios nous suggère ce que le vigneron le plus en vue de la région est capable de faire. Tout comme l’Humilitat, il s’agit d’un assemblage de Grenache et Carignan (60%-40%) particulièrement gourmand qui saura vieillir quelques années. Son principal défaut est que son prix a augmenté considérablement depuis quelques années (de 32$ à 48$ en 6-7 millésimes), ce qui le place bien au centre du Carmins del Priorat et du Vi de Villa Gratallops, un de mes coups de coeur de ma visite dans la région.

Finalement, pour s’approcher de ce qui se fait de mieux dans la région, le Cami Pesseroles 2012 de Mas Martinet est un bon choix. Puissant et élégant à la fois, il est selon moi à son meilleur après quelques 5-8 ans en bouteille. Sa fouge de jeunesse se sera calmée légèrement, les tanins assagis, laissant toute la place au fruit et à ce soleil qui caractérise si bien la région. Un vin d’exception à savourer avec des gens qui le méritent.

Merci à DOQ Priorat pour l’invitation (et d’avoir couvert les frais) à Espai Priorat 2017, un séjour de trois jours dans la région qui m’a permis de découvrir les vignes et m’immerger dans la culture. 

24 heures à Barcelone en quelques images

Voici quelques photos en vrac pour se donner le goût de partir à Barcelone, ne serait-ce que 24 heures comme mon passage la semaine dernière, juste avant Espai Priorat. Juste assez pour avoir le goût de revenir plus tôt que tard!

Parce que Barcelone est pour toujours associée à Gaudi

Parce que Barcelone, c’est aussi la tradition

Parce que Barcelone sans le FC Barcelone, ce n’est pas la même ville

Calendrier de l’avent – Quinta da Pôpa Vinhas Velhas 2008

Un retour sur mon année de dégustation sous forme de calendrier de l’avent vinicole.

Habituellement, un voyage dans une région viticole va entraîner directement une augmentation de la consommation des vins de cette région, à court et à moyen terme. Le fait d’avoir le paysage en tête, d’avoir rencontré les gens qui font le vin et de se replonger dans les souvenirs de voyage quelques mois ou années plus tard rendent le vin encore meilleur.

Il y a aussi des voyages et des rencontres qui marquent plus que d’autres. C’est le cas de mon voyage dans le Douro en octobre 2014. Oui, c’était un voyage de presse à l’invitation de l’IVDP (que je remercie encore pour cette opportunité) et on a été reçus comme des rois. Cette semaine a toutefois profondément changé ma vision des vins portugais, qui ont su s’éloigner des bombes de fruit et de soleil que j’associais auparavant avec la région.

Le Douro possède un charmant mélange de traditions et de jeunes qui poussent. C’est le cas de Quinta da Pôpa, perchée sur une terrasse sur une section spectaculaire de la vallée du Douro, tout juste en aval de Pinhaõ. Derrière le chai, une parcelle de vieilles vignes de plus de 80 ans composée d’une vingtaine de cépages coplantés compose le Velhas Vinhas, la cuvée phare du domaine.

Le Douro depuis chez Quinta da Pôpa
Le Douro depuis chez Quinta da Pôpa

Ce vin est arrivé au Québec via le Courrier Vinicole Espagne/Portugal au mois de mars dernier, à mon plus grand bonheur. On est clairement sur un terroir ensoleillé (contrairement à la photo, il pleuvait quand on est passé au domaine), avec la concentration qui vient avec. Le tour de force réussi ici est de conserver l’équilibre et toute l’énergie qui est contenue dans ce vignoble. Malgré le fait que le millésime offert sur les tablettes soit le 2008, on est en présence d’un vin qui semble tout jeune et qui pourra tenir son bout encore pendant plusieurs années et qui mérite amplement les 48$ demandés, que ce soit pour l’ouvrir pendant les Fêtes et/ou pour le mettre en cave pendant quelques années.

Goûter les vins du Douro, c’est me replonger dans ce périple sur les terrasses abruptes de cette vallée, la générosité de ses vignerons et immédiatement, le goût d’y retourner, plus tôt que tard.

Boire avec sa tête

C’est facile d’acheter du vin au Québec: on n’a qu’à ouvrir la porte d’une succursale de la SAQ et prendre une bouteille sur les étalages. C’est toutefois plus difficile de boire avec sa tête.

Lorsqu’on entre dans une succursale, les vins qui sont mis de l’avant le sont plutôt en fonction du budget marketing qui leur sont associés. Il est toutefois possible de faire des choix responsables, pour l’environnement, pour le vigneron derrière le vin ou tout simplement pour soi. Et ce n’est pas nécessairement le choix facile!

Un choix pour l’environnement

Sur la table, on fait des pieds et des mains faire une place de choix aux aliments locaux, bio et élevés avec soin. Pourquoi ne pas faire le même genre de choix jusque dans le verre?  En succursale, difficile de faire les bons choix puisque la section bio a souvent l’air d’une arrière pensée. Et plusieurs vins hors de cette section sont faits selon l’agriculture biologique, biodynamiques ou simplement de manière le moins très peu interventionniste, avec tout le flou que ça comporte.

Par contre, il n’y a pas de recette miracle pour identifier ces vins parmi tous les autres sur les tablettes. Certains porteront le logo d’un des différents organismes de certification, AB pour les vins français faits de raisins cultivés en agriculture biologique, Demeter pour ceux qui suivent les principes biodynamiques. Mais une certification formelle demande beaucoup d’efforts de la part du vigneron et un coût assez important. La règle de base, faites un peu de recherche avant l’achat ou demandez à un conseiller en vin de la SAQ, il saura vous aiguiller. De manière générale, vous avez plus de chance de trouver ces produits dans les produits de spécialité que dans les produits réguliers.

En cas de panne d’inspiration, tournez-vous vers les vins de Catherine et Pierre Breton, qui produisent des grands vins dans la vallée de la Loire ou vers le merveilleux Cerasuolo di Vittoria de COS, pour goûter toute la fraîcheur de la Sicile.

Chez COS
Chez COS

 

Un choix pour le vigneron

Derrière toute bouteille de vin, il y a un (ou plusieurs!) être humain et on a souvent tendance à l’oublier. C’est dans le partage que le vin prend tout son sens, que ce soit le partage entre amis ou directement entre le vigneron et le consommateur.

On fait ces rencontres dans les différents salons des vins, lorsque les producteurs sont en visite ou lorsqu’on a la chance de voyager dans une région viticole. Ainsi, le choix du vin devient personnel et sentimental. On est aussi en mesure de mieux cerner les producteurs que l’on veut encourager. Trouver le moyen

Je garde une place toute spéciale pour Andrea Sottimano, le premier vigneron à qui j’ai rendu visite en voyage, en 2009. Dans les collines de Barbaresco, la famille Sottimano produit des vins de cinq différents crus sur l’appellation Barbaresco, en plus d’une cuvée de Barbera, de Dolcetto et un vin sec de Brachetto, une jolie curiosité.

Vieilles bouteilles de 1975 en garde chez Sottimano.
Vieilles bouteilles de 1975 en garde chez Sottimano.

En rétrospective, j’étais passablement nerveux lors de la visite et j’aurais aimé mieux me préparer au sujet de la région, de sa démarche et j’aurais probablement pu en tirer beaucoup plus. Je garde une place de choix dans mon cellier pour la bouteille de Cotta 2006 que j’ai ramené de chez lui et prend toujours plaisir à acheter les vins qu’il produit.

Un choix pour soi

Au final, c’est vous qui choisissez ce que vous mettez dans votre corps, et combien vous dépensez pour votre vin. Boire avec sa tête, c’est aussi penser à soi. Trouver des manières de mieux boire, avec le même budget vin, même si ça implique d’en acheter moins. Boire moins, boire mieux.

Il n’y a pas de magie. Intéressez-vous, continuez à lire, à poser des questions et tirez vos apprentissages des réponses qu’on vous donne. Les choix qui seront bons pour vous finiront par émerger au-dessus de la mêlée, tout naturellement.

Bonnes adresses en Sicile

Le temps passe vite, mais il y a bientôt deux ans nous nous envolions pour une dizaine de jours en Sicile, pour un voyage mémorable. Au programme, quelques jours à Palerme, quelque jours dans le sud-est de l’île et quelques jours autour de l’Etna. Retour sur les bonnes adresses qui sont restées gravées dans ma mémoire.

Où dormir?

Amateurs de vin, vous connaissez probablement déjà le domaine COS, bien présent au Québec depuis quelques années. Vous ignorez peut-être qu’ils opèrent aussi quelques chambres d’hôte à même les installations du vignoble. Petit déjeuner copieux et balade dans les vignes tôt le matin, on peut difficilement demander mieux.

Locanda COS

Locanda COS
SP. 3 Acate-Chiaramonte Km. 14,300

97019 Vittoria RG

Un peu plus au sud, on retrouve la ville baroque de Scicli. Aussi détruite pendant le tremblement de terre de 1693 (qui dévasta tout le Val di Noto), elle est moins connue que les autres villes de la région, mais tout aussi charmante et aussi inscrite sur la liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Scicli demeure toutefois pour moi l’emplacement d’un B&B de rêve, tenu par Elisa, qui anime le blog bouffe Buccia di Limone. Le jardin embaume les herbes aromatiques et on voudrait passer toute la journée à la table sous les vignes ou à marcher dans l’oliveraie qui s’étend au pied de la maison. Et tout ça, c’est sans compter Elisa elle-même, qui nous accueille comme des amis. Si le paradis sur terre n’existe pas, cette maison s’en rapproche pas mal…!

Buccia di Limone

Buccia di limone
Réservation sur Airbnb ici: https://www.airbnb.ca/rooms/948644?s=Ondm
ou directement sur le blogue ici: http://www.bucciadilimone.it/p/la-mia-casa-per-voi.html

À Palermo et dans la région de l’Etna, pas de véritable coup de coeur. On a trouvé difficile de réserver un hébergement autre qu’un hôtel sans charme véritable à Palermo (laissez-moi vos meilleurs adresses dans les commentaires!) et la ville de Taormina est jolie mais hyyyyyyper-touristique et notre hébergement était correct, mais pas magique.

Où manger?

SakalleoDe loin, le meilleur repas de tout le voyage fut chez Sakalleo, dans le petit port de Scoglitti. Des crevettes ultra-fraîches, sorties du bateau du restaurant quelques heures auparavant, toutes en simplicité et presque crues. L’essence de la mer dans quelques bouchées. Ensuite, calmars frits, thon, pieuvre et moules ont complété ce festin de la mer que je garderai longtemps en mémoire.

Ristorante Sakalleo
Piazza Cavour, 12, Scoglitti, Vittoria RG

À Scicli, la foule fait la file pour aller manger une pizza de chez Pura Follia. La terrasse donne sur la Piazza Busacca et la vue permet de tolérer l’attente si vous n’avez pas de réservation. Dans l’assiette, la pizza est créative et la croute croquante.

Pura Follia
Piazza Busacca snc, 97018 Scicli, Sicily

Dans la vieille ville de Siracusa, on fait le plein de classiques siciliens et de pâtes particulièrement goûteuses chez Sicilia in Tavola. Si vous avez un endroit pour choisir un plat de pasta alla Norma, c’est probablement ici. En plus, Siracusa est fort certainement sur la liste de tout touriste qui va en Sicile…

On ne manquera pas non plus d’aller faire une petite virée shopping chez Tami’, boutique dans laquelle on peut faire le plein de vin sicilien à tendance nature, de mets cuisinés et de livres et d’objets design. C’est le genre de boutique dans laquelle on peut flâner des heures, et ressortir avec une bouteille de Frank Cornelissen ou d’Arianna Occhipinti (copropriétaire de la boutique). La marque a depuis grandi et commercialise la gamme de vin de négoce d’Arianna, qui commence à être disponible au Québec.

Sicilia in Tavola
via Cavour 28, 96100 Siracusa SR, Italia

Tami’
via Cavour 13, 96100 Siracusa SR, Italia

À Palermo, on s’arrête chez Spinnato pour un granité et une brioche. Oui, c’est une autre adresse touristique que vous trouverez dans tous les guides, mais on y passe un bon temps sur la terrasse. Si l’idée de prendre un chocolat chaud alors qu’il fait 40 degrés à l’extérieur, c’est chez Ciccolato Lorenzo qu’il faut aller. Pour les autres, le détour est tout de même intéressant pour une pause gâteau tout à fait méritée.

Antico Caffè Spinnato
Via Principe di Belmonte, 111, 90100 Palermo

Cioccolato Lorenzo
Via IV Aprile, 7, Palermo, Italy

Anitco Caffè Spinnato

Détails pratiques

Pour s’y rendre, les principales villes européennes sont connectées à Palermo (principalement) ou à Catania, via les principaux opérateurs low-cost. Depuis peu, Ryanair atterrit directement dans le sud-est de la Sicile à l’aéroport de Comiso à partir de Londres (Stanstead) et Bruxelles (Charleroi).

Rendu sur place, la location d’une auto s’avèrera pratique voire essentielle, puisque le transport en commun est minimal dans l’île et le train est au mieux, une vraie farce. Par contre, puisque vous ne voulez pas conduire à Palermo, prendre l’auto à l’aéroport est une sage décision.

Pour les visuels, vous trouverez toutes les adresses sur une carte facile à consulter! N’hésitez pas à ajouter vos propres coups de coeur dans les commentaires si vous avez déjà visité la région!