5 adresses gourmandes à Lévis

La ville de Lévis est souvent considérée comme étant simplement ce qui se trouve de l’autre côté du fleuve St-Laurent. Toutefois, lorsqu’on traverse pour profiter de la meilleure vue sur Québec (ou pour profiter des charmes tranquilles du Vieux-Lévis), on peut aussi en profiter pour se laisser guider par son ventre.

Boutique le Fridge

Les raisons de se rendre au Fridge sont nombreuses. On s’y rend d’abord pour acheter des bières de microbrasseries à partir de leur vaste sélection. Les propriétaires étant de véritables passionnés, on y retrouve souvent des cuvées à tirage limité. On reste ensuite pour le super café et les petits sandwichs faits avec des produits de qualité si on y est sur l’heure du dîner.

Le Fridge - Bière et Cafés
Le Fridge – Bière et Cafés

39 Route du Président-Kennedy, Lévis

Barbacoa

Si vous ne connaissez pas (encore) le Barbacoa, c’est un gros manque qu’il faudra adresser rapidement. Il s’agit selon moi du meilleur BBQ à Québec, voire même plus. Le plus difficile, c’est de faire son choix entre la poutine au pulled pork, les côtes levées et le trio de mini burgers de viande effilochée, le tout sortant directement de leur fumoir! Tout est bon, on peut y aller sans craintes de faire un mauvais choix. On quitte le ventre bien plein en se disant qu’on se doit de revenir!

Barbacoa (Source Photo: Barbacoa)
Barbacoa (Source Photo: Barbacoa)

Si vous ne passez pas à Lévis, gardez l’oeil ouvert pour le passage de leur food truck dans un événement près de chez vous, à commencer par le BBQ Fest du 17 au 19 juin.

5994 rue Saint-Laurent, Lévis

Corsaire

Sur le bord du fleuve, avec une terrasse qui donne une vue imprenable sur Québec, le Corsaire est le repaire de choix pour aller prendre une bière entre collègues à la sortie du bureau. On regarde le soleil descendre sur la ville depuis la terrasse, avec une Galère ou une Kirke, c’est plutôt idéal. On y mange très bien, avec un menu étonnamment varié pour un pub. La soirée peut s’étirer ensuite sans problèmes avec un John Lee Hooker: One Bourbon, One Scotch, One Beer!

De plus, on retrouve de plus en plus leurs bières dans les dépanneurs spécialisés.

A photo posted by jumarchand (@jumarchand) on

5955 Rue Saint-Laurent, Lévis

Café la Mosaïque

Manger au Café la Mosaïque, ça fait du bien. Non seulement les sandwichs et autres petits plats préparés sont vraiment bons, le café est une entreprise d’économie sociale qui veut offrir à la communauté un lieu de rassemblement et d’échange. Le tout est fait avec des produits bios et équitables, tout à fait en ligne avec la philosophie de l’endroit. Lors de votre visite, payez au suivant en offrant un café ou une soupe en attente, qui pourra certainement profiter par la suite à quelqu’un qui en aura besoin!

La Mosaïque
La Mosaïque

5727 rue Saint-Louis, Lévis

Chocolats Favoris

Difficile de parler de bouffe à Lévis sans mentionner Chocolats Favoris. Cette institution lévisienne a pris une expansion phénoménale au cours des dernières années. L’adresse originale dans le Vieux-Lévis est toujours noire de monde, dès que le beau temps se pointe le bout du nez. Au delà de la crème glacée molle trempée dans le chocolat, la section chocolaterie « classique » vaut aussi le détour et comblera certainement de bonheur les dents sucrées.

32 avenue Bégin, Lévis

J’ai la tête en Loire et le coeur en Bourgogne

Les vignerons du nord de la France, principalement en Bourgogne et en Loire, se souviendront longtemps de la nuit du 27 avril, mais pas nécessairement pour les bonnes raisons.

La température est descendue significativement sous le point de congélation alors que les vignes avaient débourré, tuant au passage une bonne partie de la future récolte. Les détails plus précis des pertes seront connus dans le courant de la semaine prochaine, mais déjà, les producteurs sont pessimistes. Les images des bougies allumées dans les grands crus de Chablis sont particulièrement saisissantes. On voit surtout les efforts sans relâche de ces artisans qui tentent de sauver leur récolte.

En Bourgogne, Chablis, la Côte de Beaune rapportent les plus grosses pertes, de 90% à 100% selon les parcelles et le millésime 2016 est sérieusement compromis. Après les épisodes de grêle de 2012, 2013 et 2014, c’est avec des volumes encore réduits que les producteurs devront composer. En Loire, Bourgueil et Montlouis semblent avoir principalement souffert.

Vignoble de Beaune
Vignoble de Beaune, sous des jours meilleurs

Plutôt que de partager plus d’images de désolation dans les vignes françaises, je préfère plutôt suggérer d’encourager les producteurs des régions touchées. Le tire-bouchon comme arme de solidarité, on aime ça.

Sortez une bouteille d’Épaulé Jeté de Catherine et Pierre Breton ou de La Coudraye de Yannick Amirault pour goûter à tout ce qu’on peut faire de bien avec le cabernet franc. En blanc, délectez-vous de la richesse du chenin blanc avec les vins de Jacky Blot. Finalement, gâtez-vous en Bourgogne avec toute la finesse des vins de Chambolle-Musigny, qu’ils proviennent de David Duband ou de Michel Gros.

Amis vignerons, on ne lâche pas et on est de tout coeur avec vous.

Le vin de la St-Valentin

Parfois, même les meilleurs plans ne se déroulent pas comme prévus… Histoire d’un rendez-vous presque manqué avec une bouteille que j’attendais avec anticipation.

Au menu de ce vendredi, tartare de boeuf et une bonne bouteille de vin. On avait même prévu un peu de chocolat pour souligner la St-Valentin avec notre plus vieille… Je descends en cave et reviens avec ma dernière bouteille de Monthélie 1er Cru Les Duresses du Domaine des Comtes Lafon 1996, obtenu lors de la première vague de la vente des vins de Champlain Charest. Bref, on s’enligne pour une belle soirée.

Monthélie-les-Duresses 1er Cru 1996
Monthélie-les-Duresses 1er Cru 1996

Les beaux Riedels sont sur la table, je me verse un peu de nez pour m’assurer qu’il n’y a pas de bouchon. Le nez est agressif de savon à vaisselle… Même si mon verre ne sentait rien initialement, il devait rester un petit résidu…

Nouveau verre, prise deux. Le nez est cette fois ci parfait, textbook pinot étonnamment jeune pour un vin qui a 20 ans derrière la cravate. En bouche, c’est droit et élégant. Pas de doute, on est en présence d’un très beau vin.

Avec le tartare, ça se gâte toutefois. Je ne sais trop si c’est la présence des câpres ou des petits cornichons dans le tartare, mais la bouche devient soudainement métallique lorsque jumelée au tartare. Le nez est toujours aussi invitant, mais le plaisir à table est grandement diminué…

Pendant ce temps, la plus vieille décide que son souper est terminé après trois bouchées et le plus jeune, quant à lui, pleure à chaudes larmes, même s’il a bu aux heures depuis la fin de l’après-midi…

Repas terminé en queue de poisson, finalement et on finit par coucher les enfants et retâter du vin en guise de dessert, devant Martin Picard et sa bande qui fait un Gravlax de saumon dans une chambre d’hôtel. Le plus jeune dort profondément sur mon épaule, le vin est revenu comme il se doit, droit et élégant, comme un jeune homme à la moustache parfaitement taillée sur un vieille photo noir et blanc.

Même si les circonstances ne sont pas parfaites, les grands vins finissent toujours par se livrer d’une manière ou d’une autre…! Au final, l’expérience de dégustation, c’est aussi l’histoire qui accompagne chacun des verres et les gens avec qui on le partage!

Secco-Bertani IGT Verona 2012

À l’est du lac de Garde se trouve la charmante région du Veneto, où on élabore les célèbres Amarones et Valpolicella. Plusieurs des domaines vinicoles qu’on y retrouve ont été fondés durant la période de l’Unification de l’Italie, à la fin du XIXe siècle et sont encore en activité aujourd’hui, ce qui imprègne les vins qui y sont produits d’une tradition presque difficile à nier.

Vignobles autour de Vérone (Source: Paul Arps, Flickr)
Vignobles autour de Vérone (Source: Paul Arps, Flickr)

C’est le cas de la maison Bertani, fondée en 1857 par les frères Giovan Battista et Gaetano Bertani, qui ont appris les techniques de viticulture d’un certain professeur Guyot (oui oui, celui-là même de la taille Guyot…). Depuis, la compagnie a grossi pour occuper 200 hectares de vignes au nord de Vérone, sans renier ses origines. Par exemple, l’emballage de leur Amarone est resté le même depuis plus de 60 ans, ce qui illustre bien le désir de continuité de la maison.

Secco-Bertani (Photo: SAQ.com)
Secco-Bertani (Photo: SAQ.com)

Le Secco-Bertani est un des vins classiques du domaine, produit presque depuis les débuts de la maison. Assemblage de Corvina (80%) et de Merlot (20%), on a dans le verre un vin de moyenne corpulence, qui, au-travers de son nez de fruits noirs, fait une belle place aux épices avec une petite touche fumée. En bouche, on reconnaît l’Italie avec l’acidité rafraîchissante qui garde le tout en équilibre avec les tanins et qui prend tout son sens à table.

Un bon vin passe-partout disponible un peu partout en province et qui offre une option de choix au sein du répertoire général de la SAQ.

Échantillon fourni par Société des Vins Fins.

Marco de Bartoli Lucido 2014

C’est à l’extrême ouest de la Sicile qu’on retrouve la ville de Marsala, lieu d’origine du vin fortifié du même nom. La popularité du Marsala a fait que le Catarratto, un des cépages qui entre dans la composition de ce vin, est le deuxième cépage le plus planté en Italie, derrière le Trebbiano.

Les Italiens distinguent deux variétés de Cataratto, le Comune et le Lucido, même si une analyse ampélographique a montré que c’était en fait deux clones du même cépage. Ceci dit, le Lucido a montré de bien meilleures choses au niveau qualitatif, lorsque placé entre les bonnes mains.

Pour s’en convaincre, on n’a qu’à regarder du côté Marco de Bartoli Lucido 2014, qui vient d’arriver sur les tablettes lors d’un récent arrivage Cellier. Ici, les vignes ont une quinzaine d’années, vinifiées en cuves d’inox avec les levures indigènes puis le vin est élevé sur lies pendant 7 mois, avec un dosage minimal de sulfites.

Macro de Bortoli Lucido Photo SAQ.com
Macro de Bortoli Lucido (Photo SAQ.com)

Le Lucido offre au nez un des notes de lime avec un petit caractère herbacé, mais c’est vraiment en bouche que ça se passe. L’acidité est franche sans être dérangeante, le gras des lies est bien présent et le tout culmine avec une finale bien saline. Un joli exercice d’équilibriste vinicole.

Il faut surtout éviter de le servir trop froid, il est à son mieux lorsqu’il atteint 10-12 degrés, son côté aromatique étant écrasé en sortant du frigo… Servez-le en apéritif ou en accompagnement de pétoncles grillés, afin d’accentuer son côté maritime, pour le plus grand plaisir de tous.