CellierCompte-rendusEn brefImportations privées

AOC – Appellation Olivier Cousin

On apprend aujourd’hui via le blog d’Alice Feiring qu’Olivier Cousin, vigneron à Anjou, dans la Loire a des problèmes avec l’INAO, l’organisme en charge des règles de production et de classification des vins en France [1. L’INAO est aussi en charge des appellations pour les autres produits alimentaires, comme le fromage. En fait, tout ce qui porte une mention protégée en France est géré par l’INAO.]

Olivier Cousin. Photo trouvée sur le superbe site de Raffaele Bonivento (http://www.raffaelebonivento.com/)
Olivier Cousin. Photo trouvée sur le superbe site de Raffaele Bonivento (http://www.raffaelebonivento.com/)
Depuis près d’une dizaine d’années, Olivier Cousin produit des vins sous l’appellation de Vin de Table, jugés atypiques par le comité d’agrément de l’appellation, donc ne pouvant pas se réclamer de l’appellation géographique d’où ils sont issus. Toutefois, il a récemment produit un vin sous l’appellation AOC: Appellation Olivier Cousin! Traduit en justice pour avoir nui à l’appellation, il vient d’écoper d’une amende salée de 30 000 Euros, une petite fortune pour un producteur possédant que 5 hectares de vignes.

J’ai pu goûter à son chenin blanc il y a quelques semaines au Moine Échanson à Québec et je comprends pourquoi les gens de l’INAO trouvent pourquoi la production d’Olivier Colin ne cadre pas avec leurs catégories. On pouvait y reconnaître les caratéristiques du chenin, des notes florales, de pêches et de miel, tout en conservant une bonne acidité. Toutefois, on y retrouvait aussi des petites touches d’oxydation et une profondeur impressionnante. Il ne s’agit visiblement pas d’un vin facile ou accessible, mais dans les bonnes conditions (ou si on est ouvert à l’aventure et la découverte), la magie peut opérer…

Olivier Colin n’est pas le seul dans sa situation et plusieurs petits vignerons atypiques sont victimes des règles plutôt rigides imposées par l’INAO. Au Québec, on doit en plus se plier aux règles aussi rigides de la SAQ, à moins de se tourner vers l’importation privée. On finit quand même par trouver ces vins hors-normes, mais il faut savoir où chercher.

Quoi faire donc pour encourager la production de ces vignerons? Dans le cas d’Olivier Colin, on peut manifester son mécontentement à Sylvie Augereau (sylaugereau (A) wanadoo.fr) qui se chargera de faire le lien avec les autorités compétentes. De manière plus générale, le pouvoir du consommateur est de parler avec son porte-feuille. Acheter un vin, le partager avec des amis et le faire découvrir, c’est le meilleur moyen d’encourager l’artisan à continuer son travail. Puisque après tout, derrière chaque étiquette se cache un vigneron et son équipe qui se dédient à produire un vin de qualité, qu’il cadre ou non dans des standards définis.

4 réflexions au sujet de « AOC – Appellation Olivier Cousin »

  1. Comme c’est bien dit à l’intérieur du texte, Olivier s’appelle COUSIN avec son nom de famille….ou est-ce qu’il y aura aussi un Olivier Collin, passible du même crime;-)?

  2. Idem pour les fromages avec des lois débiles qui empêchent certains petits producteurs d’autres ventes qu’en direct…Ainsi, un producteur bio de brebis à Saint-broladre, mr et mme juhel ne peuvent me vendre leur fromage pour mon restaurant parce qu’ils ne répondent pas à certaines normes. Je peux vendre de la merde chimique, du babibel, des horreurs de tout poils, mais pas ces petits fromages de brebis qui me font tant envie. A croire que les dés sont pipés pour permettre aux gros de se gavés en vendant de la merde au grand public, pendant qu’eux vont dans les grands restaurants goûter les saveurs uniques des petits producteurs qui crèvent la dale….

Vous avez quelque chose à ajouter?